Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

L’association Prévention Routière satisfaite des recommandations adoptées aujourd’hui par le Conseil National de Sécurité routière (CNSR)

L’association Prévention Routière est satisfaite de la recommandation adoptée aujourd’hui par le Conseil National de Sécurité routière (CNSR) incitant à installer un éthylotest anti-démarrage (EAD) dans les véhicules des conducteurs condamnés pour alcoolémie délictuelle.

Cette mesure, décidée il y a plus de deux ans dans le cadre de la Loppsi (loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure), n’a toujours pas été mise en œuvre aujourd’hui, ce que regrette l’association Prévention Routière.

Le CNSR recommande de rendre cette mesure systématique pour les alcoolémies délictuelles. Il propose que l’installation d’un EAD soit accompagnée d’un suivi des données de l’appareil permettant de vérifier sa bonne utilisation. Une proposition faite par l’association au moment de la Loppsi mais qui n’avait pas été retenue à l’époque par les pouvoirs publics.

Pour l’association Prévention Routière, qui a mené dès 2004 des expérimentations sur l’EAD en Haute-Savoie, “l’installation de l’appareil, accompagnée d’un suivi des données, et si nécessaire, d’un suivi médical, permet une baisse du taux de récidive pendant et même après la période d’installation de l’appareil dans le véhicule”.

Cette mesure constitue un des volets de la lutte contre l’alcool au volant, au même titre que le renforcement des contrôles sur les routes et l’intensification des actions de sensibilisation (comme les campagnes “Sam le capitaine de soirée”).

L’association Prévention Routière a également soutenu les autres recommandations adoptées par le CNSR (expérimentation de la circulation interfiles des deux-roues motorisés, promotion des différentes formes d’apprentissage anticipé de la conduite, mise en place sur les véhicules d’enregistreurs de données…).

CP_réaction_APR_CNSR_29.11.2013
Article publié le 29 décembre 2013