Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Créer un compte
adresse mail
Identifiant ou mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Dernière venue au club – ouvert – des « villes à 30  » , la capitale des Alpes vient de réduire la vitesse de la grande majorité de ses voies à 30 km/h. Et d’ici l’été prochain, cette limitation de la vitesse sera généralisée à la quasi-totalité de l’agglomération grenobloise.

30-kmh_smallComme avant elle, Lorient ou de nombreuses communes d’Ile-de-France et un peu avant Paris où sept arrondissements vont passer au 30 km/h, Grenoble fait le choix de la circulation apaisée, avec une meilleure fluidité du trafic et une réduction des nuisances sonores et des émissions polluantes, et souhaite favoriser les déplacements doux, avec un meilleur partage de la rue entre tous les usagers. La sécurité a aussi tout à y gagner : un conducteur qui roule doucement voit son champ de vision élargi et sa distance de freinage réduite. Et comme le confirme le Cerema, qui travaille sur ces questions de la vitesse en ville depuis de longues années, « tous les travaux d’études et de recherche convergent pour montrer qu’en cas de choc l’humain non protégé (piéton ou cycliste) résiste beaucoup mieux à un choc à 30 km/h qu’à 50 km/h ».

La récente évolution de la réglementation (*) facilite les décisions des municipalités dans le domaine de la vitesse : le maire peut ainsi,  « eu égard à une nécessité de sécurité et de circulation routières, de mobilité ou de protection de l’environnement », abaisser la vitesse sur « tout ou partie des voies de l’agglomération ouvertes à la circulation publique ». Dans sa fiche sur la « Sécurisation juridique de la généralisation du 30 km/h », le Cerema explique qu’il s’agit là d’un « nouveau signal qui est donné aux collectivités ».

(*) la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a modifié le code des collectivités territoriales, créant l’article L 2213-1-1

Article publié le 18 janvier 2016