Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Encore trop d’enfants mal attachés dans les voitures

Siège auto mal installé, inadapté à la morphologie de l’enfant ou à la configuration de la voiture, enfant mal retenu par un harnais vrillé ou une ceinture passée sous le bras…  2 enfants sur 3 ne sont pas correctement retenus en voiture, certains (4%) n’étant pas attachés du tout et presqu’1 sur 2 mal installé.

Attacher son enfant en voiture

Il s’agit là des principaux résultats de la plus grande enquête jamais menée en France (*), réalisée par Bébé Confort, l’association Prévention Routière et le Laboratoire d’Accidentologie (LAB).

Parmi les 48% de sièges auto incorrectement installés, les erreurs varient selon le type de dispositif. L’enfant peut être mal retenu parce que le harnais est insuffisamment tendu ou vrillé, ou n’enveloppe pas les épaules… Pour les enfants plus grands et plus autonomes, les parents ne prennent pas toujours la peine de vérifier que la ceinture ne passe pas au-dessus de l’accoudoir ou sous le bras de l’enfant… Des situations dangereuses en cas d’accident, de collision ou de retournement du véhicule.

Pour mieux définir les risques, une échelle de gravité de 1 à 6 (de mineure à critique), fondée sur les résultats d’accidentologie et de crash tests, a été élaborée selon une typologie d’erreur. Ainsi notre enquête a identifié 458 erreurs, dont la moitié sont sérieuses ou plus. Et dans 2/3 des cas, les erreurs d’utilisation se cumulent, multipliant les risques pour l’enfant…

Que faire ? Pour les partenaires, il s’agit d’informer les  jeunes parents, les incitant à utiliser un dispositif adapté et à y installer correctement leur enfant. En choisissant les modèles récents d’utilisation simplifiée : siège pivotant, rehausseur avec guide sangle… et en organisant des campagnes de sensibilisation, comme celles que nous menons régulièrement avec Bébé Confort. Par ailleurs, il est nécessaire de contribuer à faire évoluer la réglementation : après l’i-Size, ce sont les critères de sécurité qui se renforcent pour les sièges destinés aux enfants de plus d’1 mètre (à partir de 4 ans environ).

Sécurité des enfants en voiture : encore trop de prises de risque !

Avec le Laboratoire d’Accidentologie (LAB), Bébé Confort et l’association Prévention Routière, partenaires depuis 6 ans, livrent les résultats de la plus grande enquête jamais menée en France sur ce thème.

Lire l’article
Article publié le 2 février 2016