Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

N° à 8 chiffres sur votre carte de donateur
Identifiant ou mot de passe oublié
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

[Québec] Affronter la réalité de la conduite sous influence de la drogue

« C’est toujours l’enfant des autres. Jusqu’à ce que ce soit le nôtre ».

Ce message, le Partenariat pour un Canada sans drogue (PCSD) a décidé de le faire passer aux parents d’adolescents et de jeunes adultes pour les alerter – et les conseiller – sur les risques de la conduite sous l’influence de la drogue (toute substance psychotrope, y compris les médicaments). Parce que la drogue est en cause dans un tiers de la mortalité routière au Canada, en proportion quasi équivalente à celle de l’alcool chez les 16/24 ans (autour de 27%).

Et c’est dans sa version vidéo que le message de la campagne s’avère le plus décapant.

Le conducteur aux « facultés affaiblies », selon l’expression qu’affectionnent les québécois, est dangereux pour lui-même, pour ses passagers et pour les autres usagers. Au Canada comme partout ailleurs dans le monde, y compris en France où 25% des décès surviennent dans des accidents impliquant un conducteur contrôlé positif aux stupéfiants.

Drogues

L’usage de drogues n’est pas un phénomène marginal puisque des centaines de milliers de Français consomment régulièrement ou occasionnellement des produits tels que cannabis, cocaïne, LSD, héroïne ou bien amphétamines. La consommation de stupéfiants multiplie par deux les risques d’être responsable d’un accident mortel. Couplé à une alcoolémie positive, les risques sont démultipliés.

Lire l’article
Article publié le 3 février 2016