Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

N° à 8 chiffres sur votre carte de donateur
Identifiant ou mot de passe oublié
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Le comité interministériel de la sécurité routière les annonçait en octobre dernier. Les « zones de contrôles avec présence aléatoire du radar » existent bel et bien.  Le premier dispositif « leurre par panneaux » a été installé en début de semaine sur une portion de route départementale du Pas-de-Calais au nord-ouest d’Arras, choisie parce qu’elle a enregistré 6 personnes tués et 28 gravement blessées en 5 ans. Il devrait être pleinement opérationnel demain.

Quel est le principe de ce nouveau dispositif ? Une série de panneaux « Pour votre sécurité, contrôles radars fréquents » sera apposée dans les deux sens de circulation, annonçant la présence de radars contrôlant la vitesse des véhicules dont l’un d’entre eux, à déplacer régulièrement, est factice. D’autres zones de contrôle similaires vont se déployer sur tout le territoire d’ici 2020, utilisant en complément un autre type de leurre, c’est-à-dire une cabine de radar fixe vide.

Avec un enjeu de taille – en 2014 en France, on a enregistré ¼ de grands excès de vitesse (soit plus de 50 km/h au-delà de la limitation) de plus que l’année précédente -, l’objectif de ces radars aléatoires, inspirés des pratiques britanniques, est de réduire les vitesses des véhicules. A condition, tempère notre association, que les rotations de radars s’opèrent vraiment régulièrement et que les emplacements des « faux » radars ne se partagent pas trop facilement sur réseaux sociaux.

Pour en savoir plus

Article publié le 11 février 2016