Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Créer un compte
adresse mail
Identifiant ou mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Sur la route, les femmes sont souvent des exemples dont les hommes devraient s’inspirer. C’est ce que tiennent à rappeler Maxime Prévot, ministre wallon de la Sécurité routière et de l’Égalité des chances ainsi que l’Agence wallonne pour la Sécurité routière (AWSR), à l’occasion de la « journée internationale de la femme » qui a lieu demain.

 

Si les idées reçues ont parfois la vie dure, les chiffres, eux, sont sans appel. Plus prudentes, moins alcoolisées au volant, marquant une plus forte désapprobation vis-à-vis des comportements à risque…, les femmes sont moins accidentées que les hommes : en 2014, « seules » 22% d’entre elles étaient impliquées dans des accidents mortels en Belgique contre 78% d’hommes. En France, les proportions sont quasi identiques : on comptabilise en 2014, 25% de femmes tuées sur la route contre 75% d’hommes.

Et si le style de conduite « féminin » devenait pour tous, partout, celui de tous les jours ?

Article publié le 7 mars 2016