Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Le débridage / kitage

Cyclo
Ado / jeune
Equipement / État du véhicule
Vitesse

Pratiques dangereuses, le débridage et le kitage sont formellement interdits. Ils constituent  même un délit. Malheureusement, ils sont très fréquents et peuvent provoquer des accidents graves.

 

« Et toi, tu montes à combien ? » Voilà le type de phrase que l’on peut entendre entre des jeunes conducteurs de cyclomoteurs ou de moto -125 cm3.

À l’achat, un cyclomoteur est bridé, c’est-à-dire qu’il ne peut atteindre une vitesse au-delà de 50 km/h. Le débridage modifie la puissance du véhicule. C’est une pratique courante car elle ne nécessite pas de manœuvres complexes. Le kitage, quant à lui, consiste à ajouter un “kit”, un pot d’échappement le plus souvent, qui accroît également la puissance du cyclomoteur.

 

Le Chiffre
50%
1 cyclomoteur accidenté sur 2 est débridé (Enquête pour la FFSA en 2007 sur 2018 cyclomoteurs accidentés)

Les risques

Ces deux pratiques sont dangereuses, elles aggravent considérablement la fréquence et les conséquences des accidents car le conducteur n’est pas formé pour rouler à de vitesses pouvant atteindre les 90 voire 100 km/h. Il n’a pas la bonne formation, ni souvent la maturité. Le débridage augmente par ailleurs le risque de blessure de 30 %.

 

 

 

Le débridage et le kitage sont formellement interdits et constituent  même un délit.

  • Les professionnels sont passibles de deux ans d’emprisonnement, de 30 000 euros d’amende, et d’une interdiction d’exercice de 5 ans.
  • Le cyclomotoriste contrôlé au guidon d’un engin trafiqué risque non seulement une amende de 135 €, mais aussi l’immobilisation, voire la confiscation de son véhicule par les forces de l’ordre.
  • Le revendeur d’un cyclomoteur débridé ou kité encoure jusqu’à 6 mois de prison et 7 500 euros d’amende.
argentEn cas d’accident avec un cyclomoteur débridé ou kité, l’assurance peut ne jouer que partiellement, voire pas du tout.
Important
Comment reconnaître un scooter débridé ?
Pour reconnaître un scooter débridé, vous pouvez tout simplement le tester : s’il peut aller au-delà de 45 à 50 km/h, c’est qu’il a été débridé !

Le niveau sonore de l’engin peut également vous alerter : un cyclomoteur débridé ou kité fait bien plus de bruit qu’un engin non modifié.

Enfin, même sans vous y connaître, vous devriez repérer le changement du pot d’échappement d’origine.

Article publié le 23 mars 2016