Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Conduire de nuit

Voiture
Adulte / Parent
Sénior
Dangers de la nuit
Fatigue et somnolence
Santé et médicaments

Moins de circulation, mais plus de dangers : la nuit représente 10% du trafic mais 43% des tués et un tiers des blessés hospitalisés.

  1. Un manque de visibilité
  2. Adaptez votre conduite

Un manque de visibilité

En rase campagne comme en agglomération, l’insécurité routière est plus grande la nuit, en grande partie due au manque de visibilité. La conduite de nuit exige plus de vigilance de la part du conducteur. Cette attention particulière épuise les organismes plus rapidement. La fatigue apparait plus fréquemment.

Quels feux pour quel usage ?

Feux de croisement, veilleuses, pleins phares, feux de brouillard : vos cours de code sont loin. Il est temps de refaire le point sur l’usage des différents feux.

Lire l’article

 

Les facteurs de risque sont nombreux, dès que le jour commence à décliner :

  • Changement de la perception visuelle : le conducteur, même s’il a une très bonne vue en temps normal, peut être gêné. Pour les fumeurs, on observe une diminution supplémentaire de l’acuité visuelle de 20 à 30 % due à la nicotine.
  • Atténuation des contrastes : les couleurs deviennent fades
  • Diminution du champ visuel
  • Perturbation du sens du relief

 

D’autres facteurs de risque apparaissent avec l’éblouissement par les phares des autres véhicules ou lors du passage de zones éclairées à des parties non éclairées (en particulier les petites routes hors agglomération).

 

Adaptez votre conduite

Rappel

De nuit, comme de jour, une pause s’impose toutes les deux heures. La somnolence est le premier facteur d’accident mortel sur autoroute.noun_6393

La baisse de la luminosité nécessite davantage d’efforts de concentration de la part du conducteur. Il est donc nécessaire de modifier sa manière de conduire afin de réduire les risques :

  • Réduisez votre vitesse. Les feux de croisement n’éclairent qu’à 50 mètres. C’est la distance d’arrêt minimum lorsque vous roulez à 70 km/h. En roulant moins vite, le conducteur peut davantage anticiper la présence d’obstacle sur la route.
  • Si lors du croisement d’un véhicule vous êtes éblouis, regardez le bas-côté droit de la route.
  • Renoncez à un dépassement en cas de doute : la nuit, un véhicule qui arrive en face semble plus loin qu’il ne l’est en réalité.
  • Sachez reconnaître les signes de fatigue : picotements dans les yeux, nuque et dos qui se raidissent, paupières lourdes, etc. Il est inutile de vouloir résister à ces signaux qui ne pourront disparaitre qu’après une pause de vingt minutes minimum, voire même après une sieste.

 

 

Article publié le 30 mars 2016