Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Dès 15 ans, un jeune peut apprendre à conduire. Cet apprentissage anticipé de la conduite (AAC) offre de nombreux avantages. Notamment l’occasion d’acquérir une solide expérience de la conduite en situation réelle, avant de se lancer seul sur la route.

Les avantages de l’AAC

Ils sont multiples et incontestables. Pas seulement financiers. Choisir l’AAC, c’est la perspective de bénéficier de :

  • la réduction de la période du permis probatoire de 3 à 2 ans
  • un tarif préférentiel sur l’assurance « jeune conducteur »
  • un coût total de formation souvent moins élevé qu’en apprentissage traditionnel
  • un taux de réussite à l’examen du permis de conduire plus important qu’en suivant la filière traditionnelle.

 

La formation

Le chiffre
75
Un conducteur en AAC a plus de 75% de chances d’obtenir son permis ; ce taux de réussite augmente année après année.

L’AAC est une formation de longue durée qui permet d’obtenir une longue expérience de la conduite dans les circonstances les plus variées avant le passage de l’examen du permis de conduire. Elle comprend différentes phases.

 

  1. La préparation et le passage du « code » ou épreuve théorique générale du permis (ETG)
  1. La formation initiale : elle est dispensée par l’auto-école et comporte au moins 20 heures de conduite, le moniteur pouvant suggérer quelques heures supplémentaires. Elle se termine avec la délivrance du livret d’apprentissage.
  1. La conduite avec accompagnateur : le jeune conducteur effectue au moins 3 000 km sur une durée minimale d’1 an et maximale de 5 ans.
  1. Des rendez-vous pédagogiques (de 8 heures en tout) en compagnie de votre accompagnateur.
  • Un rendez-vous préalable a lieu en présence de l’enseignant et du futur accompagnateur, au moment où l’enseignant estime que l’élève est prêt à conduire.
  • Un 1er rendez-vous pédagogique a lieu entre 4 et 6 mois, après la fin de la formation initiale.
  • Le 2e rendez-vous pédagogique a lieu après 3 000 km parcourus.
codeLe Code de la route évolue. 1 000 nouvelles questions constituent désormais la banque de l’épreuve théorique générale (ETG) du permis de conduire. Cette nouvelle banque intègre de nouvelles photos, des images numériques de vues aériennes et des vidéos.
Mais rassurerez vous, l’épreuve n’en devient pas plus difficile. En savoir plus…
À savoir

L’accompagnateur

Il peut être un membre de la famille ou un ami. Plusieurs personnes peuvent accompagner un seul élève conducteur. L’accompagnateur s’engage tout au long de la formation à accompagner le jeune conducteur, à être disponible, à lui prodiguer les bons conseils. Tout en se montrant indulgent : la conduite de « l’apprenti » peut parfois être différente de la sienne, surtout dans les premiers temps.

L’accompagnateur doit répondre à plusieurs critères :

  • être titulaire du permis B, en cours de validité, depuis 5 ans au moins
  • ne pas avoir commis de délit routier (alcool, grand excès de vitesse, …)
  • avoir obtenu l’accord préalable de son assureur pour faire cet accompagnement avec son (ses) véhicule(s)
alcoolL’accompagnateur doit être aussi sobre que l’apprenti conducteur !
Au même titre que le conducteur, l’accompagnateur peut subir les mêmes contrôles : permis de conduire, attestation d’assurance, mais aussi, alcoolémie et stupéfiants… Et il peut être sanctionné en tant qu’accompagnateur.
À savoir

Conseils et devoirs en AAC

vitesse novicesAfin de rouler dans les règles et en toute sécurité, voici les principes à respecter tout au long de l’apprentissage.

  • Le livret d’apprentissage doit se trouver à bord du véhicule, ainsi que l’autorisation de l’assurance. En cas de contrôle, ces documents justifient que vous et votre accompagnateur avez le droit de circuler sur la voie publique. Ce livret vous sert aussi de carnet de bord : inscrivez-y vos parcours et temps de conduite. Vous pourrez ainsi facilement  faire le point au moment des rendez-vous pédagogiques avec l’auto-école.
  • En tant qu’apprenti conducteur, vous êtes soumis aux limitations de vitesse des conducteurs novices.
  • Un disque normalisé doit être apposé à l’arrière du véhicule.
  • Toutes les règles du code de la route doivent être respectées par vous comme par votre accompagnateur. En cas d’infraction, l’apprenti peut être poursuivi et condamné à une amende. De plus, le préfet peut retirer le livret d’apprentissage et donc interdire la conduite accompagnée.
  • Vous n’êtes pas autorisé à conduire en dehors des frontières nationales.

Un dernier conseil : votre formation ne doit pas se limiter à des trajets trop routiniers ! N’hésitez pas à varier les situations de conduite : jour et nuit, ville et autoroute, courts itinéraires et longs trajets, en toute saison, sous la pluie comme en pleine chaleur…. C’est le meilleur moyen d’enrichir votre expérience.

Article publié le 4 avril 2016