Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

L’apprentissage du vélo est une des premières étapes de l’autonomie des enfants. C’est un moment important qui ne doit pas laisser place à l’improvisation. Savoir faire du vélo, ce n’est pas seulement tenir en équilibre, c’est aussi maitriser complètement son vélo et comprendre l’environnement de circulation.

  1. A la recherche de l’équilibre (dès 3-4 ans)
  2. Apprendre les règles de circulation (dès 4 ans)

Pour une pratique de loisir ou pour des déplacements quotidiens, faire du vélo, cela s’apprend. Sachez que votre enfant sera particulièrement vulnérable lorsqu’il commencera à utiliser seul sa bicyclette dans la circulation. Alors prenez le temps de lui apprendre à circuler à vélo, à s’équiper correctement et à se comporter de manière sûre.

Le chiffre
70
Selon le Conseil national de sécurité routière, le port du casque réduit de 70% le risque de blessure à la tête. Le casque joue un effet protecteur que ce soit lors d’une simple chute ou lors d’une collision avec un véhicule.

En 2015, 382 enfants âgés de moins de 15 ans ont été accidentés à vélo, 6 ont été tués, soit 4 % de la mortalité cycliste (Source ONISR).

Les blessures les plus courantes sont les contusions, les plaies et les fractures. Les zones les plus souvent touchées sont le visage, les membres inférieurs et supérieurs. La tête est touchée dans 17 % des cas, avec des conséquences pouvant être dans certains cas fatales.

On constate des accidents à vélo très tôt dans l’enfance, alors même que les enfants ont du mal à faire la différence entre les espaces « jeux » où ils sont libres d’évoluer sans risque et les espaces de circulation où des règles sont à observer. Mais c’est vers 10-14 ans que le nombre d’accidents à vélo augmente significativement, à un moment où le vélo est utilisé sans encadrement pour se rendre au collège ou aux loisirs.

A la recherche de l’équilibre (dès 3-4 ans)

Pour apprendre à faire du vélo, l’enfant doit se familiariser avec deux notions : l’équilibre et le pédalage. Mais sachez qu’il ne peut les acquérir simultanément. Dès 3-4 ans, et s’il en exprime le désir, proposez-lui de s’initier au vélo, sans passer par la case « petites roues » stabilisatrices car elles perturbent justement l’acquisition de l’équilibre.

  • Pour faire acquérir l’équilibre à votre enfant, demandez-lui d’avancer sans utiliser les pédales, en poussant simplement sur le sol avec ses jambes. Vous pouvez d’ailleurs privilégier une « draisienne » ou supprimer momentanément les pédales pour faciliter cet apprentissage.
  • Évitez de le maintenir par le col de son vêtement ou la selle du vélo. En rectifiant vous-même sa trajectoire, vous ne ferez que le gêner dans sa recherche d’équilibre. Il doit sentir et expérimenter cette sensation pour la comprendre et l’intégrer.
  • La maîtrise du regard est très importante : votre enfant doit toujours lever la tête en cherchant un point fixe au loin. Vous pouvez l’aider à prendre cette habitude en vous plaçant devant à une cinquantaine de mètres.

 

Dans tous les cas, cet apprentissage doit s’effectuer dans des espaces protégés (jardins, parcs). L’enfant n’est pas assez expérimenté pour aller sur le trottoir, encore moins sur la chaussée. Surtout : équipez-le d’un casque et de gants pour éviter qu’il se fasse mal en cas de chute et se décourage.

 

Lorsque votre enfant aura acquis l’équilibre sans pédales, il apprendra très rapidement à maîtriser le « déséquilibre » généré par le pédalage.

Savoir faire du vélo, c’est :

  1. Démarrer sans zigzaguer
  2. Rouler droit, même à vitesse très lente
  3. Suivre une trajectoire déterminée en virage
  4. Ralentir, freiner en utilisant les deux freins en même temps, doser le freinage pour s’arrêter à un endroit précis
  5. Conserver une trajectoire rectiligne en tendant le bras ou en regardant vers l’arrière
  6. Prévoir et maintenir une distance de sécurité.

Apprendre les règles de circulation (dès 4 ans)

Circuler nécessite de respecter les règles de la circulation : rouler à droite, s’arrêter aux feux à droite derrière les voitures, ne pas prendre de sens interdit, etc.

Où doit-il rouler ?

  • Jusqu’à l’âge de 8 ans : votre enfant est autorisé à rouler au pas sur les trottoirs ou sur une piste cyclable. Il en va de sa sécurité.
  • À partir de 8 ans : démarrez progressivement l’apprentissage de la circulation sur la chaussée. En commençant, par exemple, par des axes peu fréquentés comme une petite route de campagne. Si vous êtes le seul adulte accompagnateur, roulez derrière lui pour surveiller votre enfant. Si vous êtes deux adultes, l’un roule en tête et l’autre à l’arrière en file indienne.

 

Les différentes règles à respecter 

Les dangers de la rue

Depuis quelques années, de nouvelles formes de mobilité se sont développées, ce qui a parfois complexifié les rapports entre les différents usagers. Ce dossier aborde plusieurs situations bien spécifiques à l’origine d’un nombre important d’accidents en milieu urbain. Chacune correspond à un risque mal perçu en raison d’un défaut de prise d’information par un ou plusieurs usagers.

Lire l’article

Les feux tricolores organisent le passage de tous les véhicules dans les intersections, cyclistes compris ! À rappeler en permanence : on s’arrête au rouge mais AUSSI à l’orange, en restant à droite derrière les voitures pour être bien visible des conducteurs dans leurs rétroviseurs.

  • Attention aux angles morts ! Rien ne vaut une démonstration : faites asseoir votre enfant à la place du conducteur de votre véhicule à l’arrêt, et placez-vous à différents endroits à l’arrière et sur les côtés de la voiture pour qu’il découvre les endroits où il ne vous voit plus dans les rétroviseurs.
  • Les panneaux : il est inutile de lui faire apprendre en détail toute la signalisation. En revanche, quand vous les rencontrez, montrez à votre enfant les quelques panneaux qu’il a besoin de connaître (stop, cédez le passage, sens interdit, piste cyclable…), expliquez leur signification et faites-lui découvrir pourquoi ils sont implantés à cet endroit.
  • En ville : apprenez-lui à reconnaître les différents bruits de la rue. Attention aux ouvertures inopinées de portières et aux sorties de garage ou de parkings. Apprenez à votre enfant à détecter ces deux dangers pour qu’il puisse être en mesure de s’arrêter ou d’éviter l’obstacle à n’importe quel moment.

 

Une fois toutes ces règles expliquées, vérifiez que votre enfant les a comprises et qu’il les respecte. Faites-lui comprendre que, même s’il est dans son bon droit, il vaut parfois mieux laisser passer un véhicule qui est dans son tort que d’avoir un accident.

 

Quelques conseils importants :

Tourner à gauche dans un carrefour sans signalisation demande plus d’attention, rappelez-lui qu’il doit :

  • Regarder derrière pour vérifier qu’aucun véhicule n’arrive
  • Tendre le bras à gauche pour prévenir de son changement de direction
  • Se déporter vers le milieu de la chaussée et ralentir sa vitesse
  • Laisser passer les piétons et les véhicules qui arrivent de droite et de face
  • Contourner le centre de l’intersection par la droite.

S’il ne se sent pas capable de tourner ainsi, le mieux est de se transformer en piéton, le vélo à la main, le temps de franchir l’intersection.

 

Freiner paraît une action anodine, rappelez-lui qu’il doit :

  • Actionner les deux freins en même temps, progressivement
  • Doser le freinage pour ne pas bloquer les roues, sinon c’est le dérapage ou la chute assurés !

 

Article publié le 4 avril 2016