Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Créer un compte
adresse mail
Identifiant ou mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Statistiques d’accidents

Cyclo
Moto
Piéton
Vélo
Voiture
Ado / jeune
Adulte / Parent
Enfant
Sénior
Accident ou panne
Alcool
Ceintures / Sièges enfants
Clignotant
Conduire par mauvais temps
Dangers de la nuit
Dangers de la rue
Distances de sécurité
Drogues
Equipement / État du véhicule
Fatigue et somnolence
Passages à niveau
Permis
Réglementation
Santé et médicaments
Sécurité
Téléphone
Vitesse
Selon le bilan provisoire de l’Onisr (Observatoire national interministériel de sécurité routière), 3 464 personnes ont perdu la vie en 2015 sur les routes de France métropolitaine, soit 80 de plus que l’année précédente (+2,4%).
  1. Principaux facteurs d’accidents
  2. Accidents piétons
  3. Accidents cyclistes
  4. Accidents cyclo
  5. Accidents moto
  6. Accidents de voiture
  7. Accidents poids lourds et transports en commun
  8. Accidents d’utilitaires légers
  9. Accidents enfants
  10. Accidents adolescents 15-17 ans
  11. Accidents jeunes 18-24 ans
  12. Accidents adultes 25-64 ans
  13. Accidents seniors

Des résultats d’autant plus décevants qu’il s’agit de la 2e année consécutive de hausse de la mortalité routière – évènement inédit depuis 1980 – après une année 2014 qui enregistrait déjà une augmentation de 3,5%. Cette hausse faisait suite à une année 2013 qui avait enregistré une baisse particulièrement marquée (-11%) de la mortalité routière et qui faisait elle-même suite à une longue décennie de baisse.

Toutefois en 2015, les autres indicateurs diminuent : le nombre de blessés (-3,6%), de blessés hospitalisés* (-1,8% soit 492 personnes de moins) et le nombre d’accidents corporels (-3,6%).

L’augmentation de la mortalité est particulièrement sensible sur l’autoroute (50 décès de plus). Elle touche essentiellement les automobilistes (+8%, soit 135 personnes tuées de plus) et particularité de l’année, elle inclut les 43 victimes de l’accident de car de Puisseguin.

Concernant  les autres catégories d’usagers, on enregistre, par rapport à 2014, une baisse de la mortalité : chez les piétons (-7%), des cyclomotoristes (–10%), des cyclistes (-5%) et des motards (-1%).

Les 18-24 ans payent en 2015 un lourd tribut puisque dans cette tranche d’âge, la mortalité augmente de 7%.
Une très large majorité (70%) des blessés graves sont des usagers vulnérables (motocyclistes, cyclomotoristes, cyclistes et piétons).

La France se situe dans la moyenne européenne haute, avec selon les dernières statistiques disponibles dans toute l’UE, un taux de 53 tués par million d’habitants, alors que la moyenne européenne est de 51.

Notre association appelle les usagers comme les pouvoirs publics à se remobiliser pour lutter efficacement contre l’insécurité routière.

* blessés hospitalisés = victimes hospitalisées plus de 24 heures

 

Principaux facteurs d’accidents

Un accident, des causes

Les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation, aux secours…

Les facteurs humains, en particulier, apparaissent dans plus de 90% des accidents corporels.

Certains facteurs sont relevés systématiquement par les forces de l’ordre après qu’un accident a eu lieu : alcoolémie, choc contre un obstacle fixe, conditions météorologiques etc.

D’autres facteurs (et non des moindres) ne sont pas systématiquement recherchés car difficiles à déterminer avec précision : vitesse, fatigue, somnolence, distraction, téléphone au volant, distances de sécurité…

Enfin, d’autres facteurs liés au comportement, à l’état du véhicule ou à celui des infrastructures, entrent également en jeu.

Liste non exhaustive de facteurs relevés dans les accidents

(pour l’année 2014, sauf indication contraire – Source : ONISR)

 

Conduite sous influence de l’alcool L’alcoolémie positive d’un conducteur est présente dans les accidents causant 28% des tués sur la route.
Vitesse excessive Selon les forces de l’ordre, les excès de vitesse sont la cause principale de 26% des accidents mortels.
Défaut de ceinture / casque Au moment de l’accident :
– 21% des tués dans les véhicules  (plus d’1 personne sur 5)  ne portaient pas leur ceinture.
– 12% des tués à cyclo, et 3% à moto ne portaient pas de casque.
Téléphoneau volant Ce facteur n’est pas comptabilisé dans les statistiques d’accidents.
Mais téléphoner au volant multiplie par 3 le risque d’accident corporel. Et 1 accident corporel sur 10 est lié à l’usage du téléphone.
Présence d’un obstacle fixe (arbre, véhicule stationné, glissières, mur, poteau, panneau de signalisation, bordure de trottoir, fossé etc.) Facteur présent pour les accidents occasionnant 35% des tués.
Fatigue et somnolenceau volant Le facteur « malaise fatigue » apparaît dans 9% des décès sur l’ensemble du réseau et pour 18% des tués sur l’autoroute. Ce risque apparaît de jour comme de nuit.
Conduite sous influence du cannabis 23% des décès surviennent dans des accidents impliquant un conducteur contrôlé positif aux stupéfiants.
Conduire après avoir consommé du cannabis multiplie par 2 le risque d’être responsable d’un accident mortel. Le risque est multiplié par 14 en cas de consommation conjointe de cannabis et d’alcool.
Conduite sans permis / avecpermis inadapté / sans assurance 4% des accidents mortels impliquent un conducteur n’ayant pas le permis valide, en grande majorité (les 3/4) n’ayant pas de permis. Et 4% des accidents mortels impliquent un véhicule sans assurance.

ATTENTION !
On ne peut pas établir de hiérarchie entre tous ces facteurs d’accident.
Parce qu’un accident peut comporter plusieurs facteurs et parce que les procédures d’évaluation ne sont pas identiques pour chacun.

Accidents piétons

En 2014, près de 15% des personnes tuées sur la route étaient des piétons ; en 1 an, la mortalité des piétons a augmenté de 7%.

Deux catégories de piétons sont particulièrement vulnérables :

  • Les jeunes entre 10 et 20 ans, nombreux à être blessés
  • Les personnes âgées de plus de 65 ans, constituant plus de la moitié (51%) de la mortalité piétonne alors qu’ils représentent 18% de la population.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de piétons :

Pus de 2 piétons tués sur 3 circulaient en milieu urbain.

59% des piétons tués ont subi une collision mortelle avec une voiture.

47% des piétons tués circulaient de nuit, avec un pic d’accidentalité enregistré à la mauvaise saison, notamment en novembre.

36% des piétons tués ont 75 ans et plus.

Nombre de piétons tués 499
Dont :
personnes âgées de moins de 15 ans 20
personnes âgées de 15 à 24 ans 28
personnes âgées de 25 à 34 ans 44
personnes âgées de 35 à 44 ans 42
personnes âgées de 45 à 54 ans 71
personnes âgées de 55 à 64 ans 41
personnes âgées de 65 à 75 ans 74
personnes âgées de 75 ans et plus 179
Nombre de piétons blessés 11 221
Dont hospitalisés 4 323
piétons blessés de moins de 15 ans 2 337
piétons blessés  de 65 ans et plus 2 594
piétons blessés  de 75 ans et plus 1 554

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

À savoir :
Les rollers et les skateboards sont assimilés aux piétons.

Quels réflexes adopter en ville ?

Accidents cyclistes

En 2014, les cyclistes constituent 4,7% des tués sur la route ; et en 1 an, la mortalité à vélo a augmenté de 8,2 %.

Deux catégories de la population sont particulièrement vulnérables à vélo : les jeunes (qui regroupent enfants, adolescents et jeunes adultes), fréquemment blessés, ainsi que les personnes âgées de plus de 45 ans, fréquemment victimes d’accidents mortels.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de cyclistes :

Plus des 2/3 des cyclistes ont plus de 45 ans.

1 cycliste tué sur 5 l’a été à la suite d’un accident avec un poids lourd, un car ou un utilitaire.

Les accidents mortels de cyclistes ont lieu majoritairement en rase campagne (56% des tués).

Nombre de personnes tuées 159
dont :
personnes âgées de moins de 15 ans 16
personnes âgées de 15 à 24 ans 11
personnes âgées de 25 à 34 ans 10
personnes âgées de 35 à 44 ans 12
personnes âgées de 45 à 54 ans 19
personnes âgées de 55 à 64 ans 22
personnes âgées de 65 à 75 ans 34
personnes âgées de 75 ans et plus 35
Nombre de personnes blessées 4 098
dont hospitalisées 1 446

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

 

Accidents cyclo

En 2014, les usagers de cyclomoteurs (deux-roues à moteur de moins de 50 cm3, y compris les scooters), constituent 5% des tués sur la route. La mortalité des cyclomotoristes a augmenté de 4%.

Les adolescents sont particulièrement touchés, avec un risque d’accident mortel culminant vers 15-19 ans, soit 42% de la totalité des tués à cyclo.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de cyclomoteur :

Les accidents mortels surviennent autant en rase campagne qu’en milieu urbain. Et un peu plus de la moitié le sont de nuit (55%), avec un pic entre 13h et 22 h.

11% des tués à cyclomoteur ne portaient pas de casque.

L’alcool est particulièrement présent : 32 % des cyclomotoristes impliqués dans un accident mortel en 2014 étaient alcoolisés.

Nombre de personnes tuées à cyclo 165
dont :
personnes âgées de moins de 15 ans 8
personnes âgées de 15 à 24 ans 88
personnes âgées de 25 à 34 ans 18
personnes âgées de 35 à 44 ans 14
personnes âgées de 45 à 54 ans 15
personnes âgées de 55 à 64 ans 15
personnes âgées de 65 ans et plus 7
Nombre de personnes blessées 7 751
dont hospitalisées 2 738

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

À deux-roues, comment éviter les pièges ?

Accidents moto

En 2014, les motocyclistes constituent 18% des tués sur la route, avec une mortalité des motards qui a baissé de 1% en 1 an, une des rares catégories d’usagers à ne pas enregistrer de hausse.

Parmi les motocyclistes coexistent :

  • les  usagers de motos légères (de 50 à 125 cm3) souvent des automobilistes qui, lassés des embouteillages en ville, ont choisi de circuler en scooter 125 cm3, plus pratique et maniable. Ils doivent avoir le permis B depuis au moins 2 ans et avoir suivi une formation de 7 heures
  • les usagers de motos ou scooters de plus grosse cylindrée nécessitant un permis A ou A2.

La mortalité concerne majoritairement (89%) les usagers de plus de 125 cm3.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de motocyclettes :

Le pic d’accidentalité est enregistré entre 25 et 49 ans, mais les risques d’accidents mortels sont importants jusqu’à 70 ans.

Le risque d’être tué en ville est plus important pour les usagers de motos légères (54%).

Près de la moitié des motards tués (47%) le sont lors de la belle saison (entre juin et septembre).

Nombre de personnes tuées 625
Dont :
personnes âgées de moins de 15 ans 1
personnes âgées de 15 à 24 ans 114
personnes âgées de 25 à 34 ans 187
personnes âgées de 35 à 44 ans 139
personnes âgées de 45 à 54 ans 117
personnes âgées de 55 à 64 ans 48
personnes âgées de 65 à 75 ans 6
personnes âgées de 75 ans et plus 1
Nombre de personnes blessées 13 584
dont hospitalisés 5 419

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

À deux-roues, comment éviter les pièges ?

Accidents de voiture

Alors que la mortalité dans les accidents impliquant une voiture baissait depuis l’année 2000, la mortalité en voiture a augmenté de 3,2% en 2014.

Les automobilistes constituent encore, en 2014, près de la moitié des décès dans des accidents de la  circulation.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents d’automobilistes :

Le risque demeure important entre 18 et 24 ans, avec 23% des tués. Et 16% des conducteurs de voiture décédés ont moins de 2 ans de permis.

77% des tués en voiture le sont en rase campagne. Mais la hausse de la mortalité en voiture est particulièrement marquée en agglomération (+12%).

1 tué sur 2 l’est dans un accident sans tiers (c’est-à-dire sans aucun autre véhicule ni piéton). Et 1 sur 4 est mortellement touché dans une collision frontale.

En 2014, près d’1 conducteur automobiliste sur 5, impliqué dans un accident mortel, avait une alcoolémie supérieure à la limite légale.

Nombre de personnes tuées en voiture 1 663
Dont :
personnes âgées de moins de 15 ans 63
personnes âgées de 15 à 24 ans 419
personnes âgées de 25 à 34 ans 313
personnes âgées de 35 à 44 ans 186
personnes âgées de 45 à 54 ans 173
personnes âgées de 55 à 64 ans 136
personnes âgées de 65 à 75 ans 133
personnes âgées de 75 ans et plus 230
Nombre de personnes blessées 32 454
dont hospitalisés 11 146

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

Comment réduire les risques au volant ?

Accidents poids lourds et transports en commun

Moins de 2% des tués et des blessés étaient, en 2014, des usagers de poids lourds ou transport en commun.

1 tué sur 2 dans un accident mortel avec un poids lourds est un automobiliste. Et 1 tué sur 3 est un usager vulnérable (piéton, cycliste ou usager de 2RM).

Les enjeux liés à l’alcool sont beaucoup moindres que pour les autres catégories de conducteurs. En 2014, moins de 2% des conducteurs de poids lourds impliqués dans un accident mortel avaient une alcoolémie positive.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de poids-lourds :

Nombre de tués dans les poids lourds 56
Nombre de tués dans les véhicules de transport en commun 9
Nombre de blessés dans les poids lourds 645
… dont hospitalisés 295
Nombre de blessés en transport en commun 505
… dont hospitalisés 88

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

 

Accidents d’utilitaires légers

4,2 % des tués étaient, en 2014, des usagers de véhicules utilitaires légers (VUL), notamment des camionnettes. Ces petits utilitaires sont aussi impliqués dans de nombreux accidents contre des tiers automobilistes, piétons, motocyclistes…

Les 3/4 des décès d’usagers de VUL ont lieu hors agglomération.

En un an, la mortalité dans les véhicules utilitaires a augmenté de 7,5%.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de véhicules utilitaires légers (camionnettes) :

Nombre de tués 143
Nombre de blessés 1 990
… dont hospitalisés 794

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

 

Accidents enfants

112 enfants de moins de 15 ans sont décédés en 2014, 39 filles et 73 garçons. Ils représentent 3% de la mortalité routière et 7,6% de l’ensemble des blessés.

En 2014, la mortalité routière des enfants a augmenté (+15,5 %) par rapport à 2013.

Malgré les mauvais résultats de 2014, les enfants ont particulièrement bénéficié des progrès de sécurité routière des 15 dernières années : depuis 2000, la mortalité a baissé de 69%.

Les enfants de 0-14 ans sont moins souvent victimes d’accidents que  l’ensemble de la population. En effet, ils n’accèdent à la conduite  qu’à partir de 14 ans (scooter), et bénéficient d’une protection adaptée  à leur morphologie en voiture.

Les enfants sont avant tout victimes en tant que passagers de véhicules (56% des tués) et en tant que piétons (18%).

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents d’enfants :

Nombre de tués de moins de 15 ans 112
Dont :
Piétons 20
Cyclistes 16
Cyclomotoristes 8
Motocyclistes 1
Automobilistes 64
Usagers de camionnettes 1
Usagers de poids lourds 0
Usagers de transports en commun 0
Autres usagers 3
Nombre de blessés de moins de 15 ans 5 530
dont hospitalisés plus de 24h 1 883

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

Mon enfant est-il bien protégé ?

Accidents adolescents 15-17 ans

En 2014, les adolescents de 15 à 17 ans constituent plus de 3% des tués, près de 6% des blessés et 6,5% des blessés hospitalisés.

A l’adolescence, la conduite d’un cyclomoteur ou scooter 50 cm3 est le principal risque, puisque cela occasionne 38 % des tués dans cette tranche d’âge.
Le pic des accidents de cyclo a lieu entre 15 et 18 ans, âge où la pratique est la plus importante.

Un autre risque augmente entre 15 et 17 ans, le risque « passager de voiture », avec 32% des tués dans la tranche d’âge.
C’est dans la voiture de jeunes un peu plus âgés qu’une partie de ces adolescents sont accidentés.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents d’adolescents :

Nombre de tués entre 15 et 17 ans 116
Dont :
Piétons 11
Cyclistes 6
Cyclomotoristes 45
Motocyclistes 9
Automobilistes 38
Usagers de camionnettes 3
Usagers de poids lourds 0
Usagers de transports en commun 2
Autres usagers 2
Nombre de blessés entre 15 et 17 ans 4 308
dont blessés hospitalisés 1 739

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

 

Accidents jeunes 18-24 ans

Les jeunes de 18 à 24 ans forment une catégorie à risque : la route constitue la 1ère cause de mortalité des jeunes adultes. Et ils y risquent deux fois plus leur vie que le reste de la population.

Alors qu’ils constituent 8% de la population, les jeunes de 18 à 24 ans représentent 17% des tués et près de 19% des blessés hospitalisés. Avec une baisse de -15,5% (ils accompagnent aussi la baisse générale de la mortalité routière enregistrée en 2013).

Mais en 2014, c’est la seule classe d’âge dont la mortalité baisse (-8,5%), alors que l’on enregistre une hausse de la mortalité par rapport à 2013 de 3,5%. Et entre 2010 et 2014, la mortalité des jeunes adultes baisse de 30%.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents des jeunes adultes de 18 à 24 ans :

Entre 18 et 24 ans, le risque est essentiellement lié à l’usage de la voiture : cette tranche d’âge représente près d’1/4 (23%) de la mortalité automobiliste ; et 66% des tués entre 18 et 24 ans le sont en voiture.

Après la voiture, c’est à moto que les jeunes de 18 à 24 ans se tuent sur la route (18%).

La risque est particulièrement aigu le week-end, avec plus d’une fois et demie plus de risque de décès que les autres jours (lundi au jeudi).

Plus de la moitié des décès de jeunes (57%) dans un accident de la route se produisent la nuit.

Nombre de tués de 18 à 24 ans 582
Dont :
Piétons 17
Cyclistes 5
Cyclomotoristes 43
Motocyclistes 105
Automobilistes 381
Usagers de camionnettes 18
Usagers de poids lourds 7
Usagers de transports en commun 0
Autres usagers 6
Nombre de blessés de 18 à 24 ans 14 115
dont hospitalisés 4 945

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

Comment réduire les risques au volant ?

Accidents adultes 25-64 ans

Le risque « automobiliste » est le principal risque entre 25 et 64 ans, avec, en 2012, 48 % des tués et 45% des blessés en voiture dans cette tranche d’âge.

Mais le risque lié à l’usage des motos, cyclos et scooters reste toujours très important : 30% des tués et 33% des blessés.

Les déplacements piétons totalisent 8% des tués et 10% des blessés.

La part des conducteurs alcoolisés impliqués dans les accidents mortels diminue avec l’âge : elle est de 23,1% entre 25 et 44 ans –  soit un taux équivalent aux plus jeunes conducteurs -, et de 13,7% entre 45 et 64 ans.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents des 25-64 ans :

Nombre de tués entre 25 et 64 ans 1 735
Dont :
Piétons 161
Cyclistes 80
Cyclomotoristes 67
Motocyclistes 456
Automobilistes 805
Nombre de blessés entre 25 et 64 ans 40 843

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

Comment réduire les risques au volant ?

Accidents seniors

En 2014, les personnes de 65 ans et plus représentent 18,2% de la population et 10,3% des victimes de la route (*).

Elles sont moins souvent victimes d’un accident de la circulation que le reste de la population, mais les conséquences de ces accidents sont plus graves, plus souvent mortelles. C’est la conséquence de leur plus grande vulnérabilité aux chocs et aux blessures.

En 2014, pour cette tranche d’âge, les déplacements en voiture totalisent près de la moitié des tués (plus de 48%) et Les déplacements à pied représentent aussi un risque important puisqu’ils totalisent plus de 32% des tués (*).

Par ailleurs, en 2014, les conducteurs de 75 ans et plus ont 1,6 fois plus de risque d’être tué sur la route que l’ensemble des conducteurs de voiture.

Les seniors de 75 ans et plus représentent 14,4% de l’ensemble des personnes tuées alors qu’ils constituent 9,2% de la population.

 

Quelques chiffres clés* sur les accidents de seniors :

Nombre de tués à 65 ans et + 771
Dont :
Piétons 252
Cyclistes 69
Cyclomotoristes 7
Motocyclistes 19
Automobilistes 373
Nombre de blessés à 65 ans et plus 7 121
dont blessés hospitalisés 3 543

* données 2014 pour la France métropolitaine, DSCR / fichiers BAAC

Avec le temps, comment adapter sa conduite ?
Article publié le 22 avril 2016