Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Des prestataires agréés pour faire passer le “code”

Les inspecteurs du permis de conduire et de la sécurité routière ne sont plus les seuls à pouvoir faire passer l’épreuve théorique générale (ETG) du permis de conduire.

Un tout récent décret  autorise des prestataires privés, “agréés selon des critères très stricts”, souligne la DSCR (Délégation de la sécurité et de la circulation routières) à organiser aussi les épreuves du ”code” du permis de conduire, à partir du 1er juin 2016. Dans tous les cas, le coût de l’inscription est fixé à 30 €.

L’objectif, c’est de multiplier les centres d’examens, d’augmenter les créneaux horaires proposés aux candidats, de réduire les délais d’attente, et aussi de “libérer” les inspecteurs pour qu’ils puissent faire passer la seconde partie du permis , l’épreuve de conduite. Les questions composant l’épreuve théorique, dont la forme et le contenu viennent d’être rénovés pour être utilisées dans les centres d’examen à partir du 2 mai, ainsi que la correction de l’examen du “code” demeurent du ressort de l’État.

Article publié le 3 mai 2016