Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Le permis moto progressif existe bel et bien ! Il vient d’être instauré par le décret n° 2016-723 du 31 mai 2016.

Désormais, sans contrainte d’âge, il faut donc être titulaire du permis A2 – qui permet de conduire les motos et scooters de moins de 35 Kw – depuis au moins 2 ans, pour pouvoir obtenir le permis A qui donne accès aux motos de forte puissance. Et pour obtenir le permis A, le titulaire du permis A2 doit suivre une formation d’une durée de 7 heures en moto-école.

Une mesure, annoncée lors du CISR du 2 octobre 2015, dont se félicite l’association Prévention Routière qui a milité en faveur de l’accès progressif à la conduite des “grosses” motos alors que, conformément à une directive européenne, la France abandonnait la limitation à 100 ch et parce que cette nouvelle réglementation est destinée à la protection des usagers à deux-roues motorisés surreprésentés dans la mortalité routière. Comme le rappelle La DSCR, “en 2015, 614 motocyclistes sont décédés à la suite d’un accident sur les routes de France et parmi eux, près de 20% étaient des conducteurs novices. Un motocycliste novice, c’est-à-dire titulaire du permis depuis moins de deux ans, présente quatre fois plus de risques d’être tué qu’un motocycliste détenant un permis plus ancien.

A titre transitoire, les candidats actuellement inscrits ont 6 mois pour passer leur permis A, à condition d’avoir 24 ans.

Article publié le 10 juin 2016