Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Lavia, plus qu’un sigle pour juguler la vitesse

Au quotidien
Vacances et voyages
Conduire
S'équiper
S'informer
Voiture

Le point sur un équipement de sécurité qui aide les conducteurs à ne pas circuler au-delà des limitations de vitesse, le Lavia.

  1. Qu’est-ce que le Lavia ?
  2. A quoi sert le Lavia ?
  3. Le Lavia, critère de sécurité

Qu’est-ce que le Lavia ?

LAVIA est un sigle signifiant « limiteur s’adaptant à la vitesse autorisée ». Il a son équivalent en anglais : ISA ou « Intelligent Speed Assistance ».

Le Lavia se fonde sur un signal de reconnaissance, GPS ou vidéo, des limitations de vitesses signalées en bordure de route qui s’affichent sur le tableau de bord.
Une fois la vitesse « reconnue », elle est programmée automatiquement (ou après validation du conducteur) comme nouvelle consigne du limiteur de vitesse.

Comme un limiteur manuel ou un régulateur de vitesse, il peut être neutralisé par un simple appui fort sur la pédale d’accélérateur (« kick-down »).

Attention !
Le Lavia n’agit pas sur les freins. Le conducteur doit donc veiller à ce que le véhicule ne prenne pas de la vitesse, particulièrement dans les fortes descentes.

A quoi sert le Lavia ?

En France
La vitesse excessive (ou inadaptée aux circonstances) demeure la 1ère cause d’accidents mortels. Voir les premiers résultats de 2016 et le bilan 2015.

Depuis 2015, les vitesses pratiquées augmentent sur le réseau des voies rapides, les autoroutes et les voies à 2 x2 voies.

Le Lavia aide le conducteur, sans contrainte, à ne pas dépasser les vitesses réglementaires.
Il le libère de la préoccupation liée au respect de la limitation de vitesse et lui permet de se concentrer sur sa conduite et son environnement.

Parce qu’il réduit les vitesses sur les routes, il contribue à une meilleure sécurité.
Si l’ensemble du parc automobile était équipé, le Lavia pourrait réduire la mortalité routière de 20%.

Autre avantage : éviter les sanctions pour dépassement de la vitesse limite !

 

Dépasser les limitations de vitesse demeure l’une des principales causes de décès et de blessures graves sur les routes de l’UE.

C’est ce que révèle, par exemple, le dernier rapport annuel PIN (*) de l’ETSC .

La vitesse est directement liée à la survenue des accidents : elle les provoque et elle les aggrave. Plus un conducteur roule vite, plus il a du mal à maîtriser son véhicule, à réagir à temps pour freiner, pour éviter un obstacle, pour s’arrêter… Par ailleurs, plus la vitesse est élevée, plus la gravité des blessures augmente en cas d’accident.

Pour en savoir plus

(*) « Road Safety Performance Index Report », diffusé en juin 2016

Le b.-a.-ba de la vitesse

Le Lavia, critère de sécurité

Avancée technologique qui constitue une aide à la conduite, le Lavia participe à la sécurité active des voitures.

Au même titre que d’autres dispositifs de sécurité (surveillance des angles morts, freinage d’urgence…), le Lavia est intégré au système de notation des véhicules proposé par Euro Ncap qui réalise des tests sur la base de scénarios d’accidents.
Des points supplémentaires récompensent les véhicules incluant le Lavia.

Parmi les véhicules tout récemment équipés, certains modèles du constructeur Ford et Volvo, Citroën, Peugeot et Renault, par exemple.

La Commission européenne doit proposer une révision des standards minimums obligatoires sur les véhicules. Il est temps puisque la directive concernant l’homologation en matière de sécurité générale date de 2009.
Ainsi les constructeurs automobiles pourraient se voir imposer Le Lavia, entre autres aides à la conduite, à la fois sur les nouveaux modèles puis sur les nouveaux véhicules.
Une occasion que tient à saisir l’ETSC qui, avec notre association, soutient le développement du Lavia.
En 2017
Le Lavia, expliqué par l'ETSC
Article publié le 3 mars 2017