Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

L’association Prévention Routière et Bébé Confort tirent le signal d’alarme.

logo-bebeconfort           APR logo

 

 

 

En France, chaque jour, près de 4 enfants de moins de 10 ans sont victimes d’un accident en tant que passagers. Parmi ceux-ci, les 0-2 ans sont victimes d’accidents deux fois plus graves (66%) que leurs aînés. En cause, un défaut d’installation dans les sièges auto Cosis constaté dans 58 % des cas1. Avant les départs en vacances, l’association Prévention Routière et Bébé Confort s’associent pour alerter les parents.

58 % des sièges auto Cosis sont mal installés :
plus fragiles, les nourrissons sont moins bien protégés

Une récente analyse2 de l’enquête menée auprès de 330 véhicules et 466 enfants, apporte un nouvel éclairage sur les défauts d’installation des sièges auto Cosis. Ces résultats corroborent le constat fait par l’association Prévention Routière sur la base des statistiques dévoilées par l’ONISR3 en 2016 : mal attachés, les bébés transportés en voiture sont victimes d’accidents deux fois plus graves que les enfants entre 3 et 11 ans.

Ces défauts d’installation passent notamment par un mauvais passage de ceinture, une installation du siège dans le mauvais sens et un harnais mal installé. Qu’il s’agisse d’inattention ou d’un manque d’information, ces erreurs peuvent avoir des conséquences dramatiques. En effet, la moitié de ces défauts d’installation peuvent entrainer des lésions sérieuses, voire irréversibles en cas d’accident.

Le siège auto Cosi, un élément sécuritaire à réhabiliter

La mauvaise appréciation des sièges auto Cosis pourrait s’expliquer de deux façons :

  • Acquisition coup de cœur des parents, la poussette est souvent le premier équipement qu’ils achètent pour leur nouveau-né. Par conséquent, le siège auto Cosi est sélectionné pour sa compatibilité avec la poussette préalablement choisie et moins pour ses qualités sécuritaires. Perdant peu à peu son identité première de siège auto, il est aujourd’hui davantage considéré comme un élément de promenade.
  • De nombreux parents optent pour l’achat d’une poussette d’occasion. Il est fréquent qu’il s’agisse d’une offre en pack. Dans ce cas, l’acquisition porte non seulement sur la poussette mais également la nacelle et le siège auto Cosi. Ce dernier, ne fait donc pas l’objet d’une attention particulière sur sa fiabilité en voiture. Alors que 20% des sièges auto Cosis sont achetés d’occasion contre 9% pour les autres sièges, les nouveaux propriétaires ignorent si le siège a déjà été accidenté.

Ces mauvaises appréciations sont alarmantes. Les critères de sélection doivent être aussi fermes pour un siège auto Cosi que pour un autre siège auto : sécurité, notes aux crash tests, facilité d’installation en voiture ou encore facilité d’installation de l’enfant. Il est donc essentiel de réhabiliter le siège auto Cosi comme un véritable siège auto.

Pensé pour accueillir des bébés de la naissance jusqu’à environ 1 an, ce siège est destiné à un public particulièrement fragile. En effet, jusqu’à 15 mois, le cou d’un bébé n’est pas suffisamment développé pour résister à la force d’une collision.

Solutions et bonnes pratiques pour protéger les enfants…
dès la sortie de la maternité

Normalisé au niveau international, le système d’ancrage Isofix demeure la fixation la plus sécuritaire. Assurant une liaison solide et permanente entre le siège auto et le châssis du véhicule, le système Isofix assure grâce à des indicateurs, la bonne installation du siège. Ce système permet d’écarter toute erreur d’installation liée à la ceinture. A ce jour, pour bénéficier du système Isofix, le siège auto Cosi doit être posé sur une base. Élément indispensable, la base permet de garantir un siège auto parfaitement installé, en un clic.

L’association Prévention Routière se mobilise pour plus de pédagogie et de prévention à destination des parents dans les maternités et lors des cours de préparations à l’accouchement. A ce titre, l’association Prévention Routière demande que le ministère de la Santé prenne des dispositions pour que les parents soient mieux informés au cours de la grossesse et lors des cours de préparation à l’accouchement par du personnel médical et de la petite enfance (sages-femmes, pédiatres, PMI, assistantes maternelles…), mieux formé à la question de la prévention des risques routiers des plus jeunes.

Par ailleurs, mobilisée pour l’objectif « zéro enfant tué sur nos routes », l’association Prévention Routière revendique un taux de TVA réduit à 5,5% pour les sièges auto. Une mesure qui a déjà été adoptée dans plusieurs pays européens.

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation Préventissim, Bébé Confort dispense des sessions de démonstrations sur des sièges auto afin de permettre aux parents de maitriser les bons gestes d’installation. En 2017, quatre maternités parisiennes ont été équipées de banquettes de démonstration destinées à familiariser les familles à une installation optimale.

1 Source : association Prévention routière d’après les bilans publiés par l’ONISR sur la période 2005-2015.
2 Étude DAL2015 menée par Bébé Confort, l’association Prévention Routière et le LAB (Laboratoire d’Accidentologie de Biomécanique et d’étude du comportement Humain), réalisée en juillet 2015 en France auprès de 466 enfants à bord de véhicules.
3 ONISR : Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

CP - Tout petits, grandes victimes de la route
Article publié le 22 juin 2017