Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Pour Valérie Friedmann, un seul mot d’ordre : « sauver des vies »

Portrait de notre déléguée départementale, bénévole, en Haute-Corse.

Chacun a ses raisons de choisir de s’engager aux côtés de notre association. Pour Valérie Friedmann, c’est un dramatique accident de la route qui est à l’origine de son engagement. A la tête d’une petite entreprise de télétransmission, spécialisée dans la comptabilité d’artisans taxis ou infirmiers, rien ne la destinait à prendre la responsabilité des actions de de notre comité départemental de Haute-Corse.

Mais le destin en a décidé autrement. Sa vie a basculé le 10 juillet 2016 avec le terrible accident dans lequel son fils de 20 ans, l’un de ses trois enfants, est impliqué. Le choc est énorme. « Je n’étais pas dans mon corps », se souvient Valérie Friedmann en livrant tout récemment, le 5 décembre dernier, son témoignage sur France 2 dans l’émission Ça commence aujourd’hui, consacrée aux accidents de la route. « Pour moi qui suis maman de trois enfants, c’est une catastrophe, une tragédie… Il n’y a même pas de mot… », se désole-t-elle dans un sanglot.
Pourtant, pas question de se laisser aller à l’émotion, aussi profonde soit-elle. Il y a tant à faire. Y compris porter le message « Plus jamais ça » et témoigner pour « essayer de sauver des vies », parfois avec une autre association de victimes.

Valérie Friedmann n’a pas mis longtemps à accepter la proposition de Jean-Pierre Guerrini, directeur de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur-Corse de l’association Prévention Routière. Elle a pris ses fonctions de déléguée départementale, bénévole, de Haute-Corse en mars dernier. Après quelques mois nécessaires à la découverte de sa mission de déléguée départementale, sa détermination et son énergie sont intactes.

Depuis la rentrée, elle enchaîne les interventions. « Pour être sans cesse sur le terrain », déclare-t-elle avec conviction. Dernière en date, auprès du Spip (Service pénitentiaire d’insertion et de probation) de Bastia, chargé de la réinsertion des personnes condamnées ou détenues et de la prévention de la récidive. L’occasion de rappeler l’ensemble des règles des comportements à adopter pour se déplacer dans les meilleures conditions de sécurité. Prochain objectif : relayer notre campagne nationale « #Bien rentrer, mode d’emploi » menée avec l’association Attitude Prévention, en distribuant, samedi 16 décembre, conseils et éthylotests sur le port de Bastia qui concentre les discothèques.

Actions dans les entreprises, dans les établissements scolaires, notamment en lycées, en classes de Seconde… Les projets ne manquent pas ! Et Valérie Friedmann est bien décidé à les réaliser. Tous. « On a d’abord besoin de bénévoles » assure-t-elle. Qu’à cela ne tienne ! En quelques mois, elle réussit à s’entourer d’une dizaine de bénévoles. Une recette ? Elle informe son entourage, les proches comme les simples connaissances ; elle lance un appel dans la presse locale… Il ne lui reste plus qu’à accueillir les bonnes volontés, parmi lesquelles de futurs moniteurs d’auto-école. « Quand on veut quelque chose… » annonce-t-elle avec assurance.
Belle leçon de ténacité et d’humanité.

Article publié le 15 décembre 2017