Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Inondation, forte pluie… Que faire si l’on se déplace en voiture ?

Intempéries persistantes, pluies diluviennes, crues impressionnantes, parfois soudaines, de certains cours d’eau…  Autant de situations liées à l’abondance de la pluie qui appellent quelques conseils de conduite dans des conditions d’humidité maximale.

Premier réflexe avant de s’aventurer sous la pluie : s’informer sur les prévisions météorologiques à la radio, sur internet ou les réseaux sociaux. Et suivre, le cas échéant, les consignes émanant des autorités et des spécialistes. Il est préférable de ne pas prendre sa voiture, de reporter son déplacement…, si les précipitations sont trop fortes ou si l’inondation menace. A fortiori, de nuit.

Lorsque la pluie tombe abondamment, le conducteur peut être dérouté par une route inondée. Si le niveau de l’eau est peu profond, le mieux est de rouler lentement. De préférence sur les parties de la route peu submergées, loin du bord de la chaussée, les fossés ou les caniveaux concentrant les plus grandes quantités d’eau. L’objectif, c’est de conserver la maîtrise de son véhicule et éviter l’aquaplanage. Le plus délicat est de trouver le bon compromis : à vitesse trop faible, vous risqueriez de caler ; à trop vive allure, vous pourriez noyer le moteur.
Sans oublier que l’eau peut affecter l’efficacité des freins. Aussi, une fois le véhicule au sec, vous pouvez les “sécher” en roulant doucement tout en actionnant légèrement la pédale de frein.

Dans le cas où le niveau d’eau vous paraît élevé, n’hésitez pas à faire demi-tour et à choisir un autre itinéraire. Pour ne pas causer de graves dégâts au moteur (qui n’aime pas l’eau) et pour éviter de rester prisonnier d’une route entièrement submergée…
Et si la situation se détériore, rien ne sert de s’acharner à protéger son véhicule. Mieux vaut se préoccuper de ses occupants, conducteur et passagers.

Dans le cadre de la prévention des risques majeurs, le gouvernement qui liste l’ensemble des consignes à respecter en cas d’inondation rappelle de ne pas s’engager pas à pied ou en voiture sur une route inondée : 30 cm d’eau suffisent pour soulever et emporter un véhicule.

 

Article publié le 3 janvier 2018