Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Une réponse appropriée à la hausse de la mortalité routière

La baisse de la mortalité routière s’enraye depuis 4 ans… Rien ne sert de s’épuiser en lamentations. Il faut prendre le taureau par les cornes.

 

C’est chose faite avec un véritable plan d’action décidé par le gouvernement lors du Comité interministériel de sécurité routière réuni la semaine dernière pour « sauver plus de vies sur nos routes ». Engagement citoyen, protection de tous les usagers et nouvelles technologies définissent les grands axes d’un ensemble de 18 mesures fortes.

Le passage à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central constitue l’une des mesures-phares, à laquelle notre association est favorable. Parce que ces routes concentrent 2/3 des accidents mortels. Mais nous demandons aussi qu’un dispositif d’information accompagne cette mesure afin qu’elle puisse être à la fois comprise et acceptée.

La baisse de 10 km/h de la vitesse sur certaines portions de voies ne constitue pas, et de loin, la seule mesure du plan d’action gouvernemental. Les « facultés affaiblies » par l’alcool ou les stupéfiants feront l’objet prochainement d’une plus grande sévérité, avec notamment l’obligation de l’EAD (1) en cas de récidive de conduite alcoolisée et la possibilité offerte aux conducteurs sanctionnés pour délit d’alcool – plus de 0,8 g/l d’alcool dans le sang (2) – de continuer à conduire à condition d’équiper la voiture d’un EAD (1). Autre mesure envisagée, l’usage du téléphone au volant qui couplé à une autre infraction entraînera une suspension du permis.

Autant de décisions dont notre association se félicite – en demandant plus de moyens pour agir toujours plus efficacement sur le terrain – parce que ces mesures coïncident avec des propositions que nous avons toujours défendues avec constance. Parce qu’elles s’inscrivent aussi en contrepoint de l’un des objectifs dominants du plan d’amélioration de la sécurité sur les routes : favoriser l’engagement citoyen. Ce qui est au cœur de notre activité. Et parce qu’un volet d’autres mesures préventives les complètent, comme le port de bottes et d’un gilet airbag chez les motards lors de l’examen du permis ou le renforcement de la protection des passages à niveau, ou encore la ligne d’effet matérialisée 5 mètres en amont des passages piétons pour que les véhicules s’arrêtent sans gêner les piétons. Ce que nous revendiquions dès 2016 en lançant notre manifeste “Zéro enfant tué sur nos routes”.

Nous suggérons même d’aller encore plus loin dans la prévention des risques routiers… En généralisant l’EAD (1) dans l’ensemble des véhicules neufs. En intégrant une sensibilisation au risque du téléphone à la formation au permis. En généralisant des applications paramétrables et automatiques bloquant les distracteurs…

(1) Ethylotest anti-démarrage
(2) ou 0,4 mg/l d’alcool dans l’air expiré

 

Article publié le 16 janvier 2018