Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Il existe ! Approuvé par le Cnefop (*), passage obligé, le label «qualité des formations au sein des écoles de conduite», autrement dit les auto-écoles, a été instauré par un arrêté du 26 février 2018 (paru au JO du 1er mars).

Gratuit, ce label «qualité des formations au sein des écoles de conduite» repose sur une démarche volontaire de la part de l’auto-école qui doit être titulaire d’un agrément préfectoral.

Renouvelable, il est décerné pour 3 ans selon 6 critères de qualité : objectifs de formation identifiés, dispositifs (accueil, suivi, évaluation) adaptés au public, moyens pédagogiques correspondant à l’offre de formation, formateurs qualifiés, information disponible, prise en compte des appréciations des candidats. Avec audits de suivi.

Et pour postuler à ce label « qualité », les écoles de conduite doivent fournir un dossier étoffé, attestant notamment que des cours collectifs exposent « les grands thèmes de la sécurité routière (alcool et stupéfiants, vitesse, défaut de port de la ceinture de sécurité, distracteurs…)». Elles s’engagent aussi à toute une série de pratiques, parmi lesquelles organiser un rendez-vous post-permis pour les conducteurs novices et valoriser la conduite accompagnée/supervisée pour les candidats au permis B. Et aussi, exploiter les résultats des questionnaires de satisfaction de leur clientèle pour « mettre en place un processus d’amélioration continue ».

Démarche volontaire ? Les premières auto-écoles labellisées pourraient faire boule de neige… A suivre

(*) Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle

Article publié le 6 mars 2018