Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Rouler à contresens, une anomalie involontaire et périlleuse

Au quotidien
Vacances et voyages
Conduire
S'informer
Moto
Voiture

On ne peut que le redouter et on l’attribue, à tort, aux conducteurs les plus âgés. Les aménageurs, de leur côté, font en sorte que ça ne se produise pas. Retour sur les mesures en vigueur pour éviter de rouler à contresens, avec les conseils pour faire face, le cas échéant, à cette situation difficile.

  1. Comment est-ce possible ?
  2. Contresens : les scénarios d’évitement
  3. Le contresens en quelques chiffres

Et si une voiture arrivait à contresens...

Et si, dans ce splendide paysage, on voyait surgir un véhicule à contresens… ?

 

En Belgique, on les appelle « conducteurs fantômes ». Sans doute, tente le portail belgium.be en guise d’explication, parce que « le caractère brusque et irrationnel de cette “apparition” fait penser à une hallucination ». En France, les conducteurs roulant à contresens n’ont pas de dénomination particulière. Mais ici ou là-bas comme partout ailleurs, ils constituent un danger à la fois pour eux-mêmes et pour les autres.

Comment est-ce possible ?

La présence d’un véhicule à contresens est d’autant plus déroutante que les voies à chaussées séparées sur lesquelles ils ont lieu ont été conçues pour éviter les collisions frontales…

Des collisions aux conséquences dramatiques, dans la mesure où la violence du choc dépend des vitesses des véhicules impliqués.

  • « Un véhicule en contresens sur l’autoroute ? Encore un conducteur âgé qui devrait arrêter de conduire… ! »

Contre-vérité. Si l’on a tendance à souligner l’âge des conducteurs à contresens, les statistiques de l’Onisr (b) montrent qu’une grande majorité de ces conducteurs (près de 80%) a moins de 75 ans.

Et surtout, que l’alcool, notamment chez les actifs circulant à contresens, est un facteur déterminant.

  • La consommation d’alcool est liée aux prises à contresens.

Sur l’autoroute, 1 contresens mortel sur 3 est dû à consommation excessive d’alcool ; pour les ¾ d’entre eux avec une alcoolémie de plus de 1,2 g/l (a).

En 2016, la moitié des conducteurs âgés de 25 à 44 ans en contresens circulaient avec un taux d’alcool supérieur à 0,5 g/l (b).

Vous venez d’apprendre qu’un véhicule circule à contresens. Que faire ou ne pas faire ?

– Ne dépassez surtout pas : restez sur la file de droite
Réduisez la vitesse pour amplifier les distances de sécurité
– Arrêtez-vous sur l’aire de repos ou de service, la plus proche, le temps que les services de sécurité interviennent.

Besoin d’une petite révision avant de prendre la route ?
Regardez la vidéo «Les bons réflexes autoroute – épisode 16»
réalisée avec l’Asfa .
Sur Youtube ou sur notre site.

 

Vous remarquez un véhicule circulant à contresens ?

– Demandez à un passager d’appeler le 112, le numéro d’appel d’urgence (gratuit) ou arrêtez-vous sur une aire pour passer l’appel. Localisez  le plus précisément possible le véhicule. Pour cela, repérez-vous d’après les panneaux de signalisation, les bornes kilométriques, une sortie ou une aire à proximité…

Les consignes à respecter

Contresens : les scénarios d’évitement

  • Le panneau de répétition d’interdiction

Rétroréflechissant sur fond jaune vif, il est conçu pour être bien visible, bien perçu… et éviter les prises à contresens sur les autoroutes et les voies à grande circulation.

Il s’agit du panneau B1j, «panneau de répétition d’interdiction d’accès à contresens de bretelles de sortie sur les autoroutes et routes à chaussées séparées sans accès riverain ».

Il a été créé en juin 2015, dans le cadre du plan d’action du ministère de l’Intérieur (mesure n°24) énoncé lors du CISR de janvier 2015.

Et, dans la nomenclature officielle des panneaux routiers, répertoriés par l’instruction interministérielle sur la signalisation routière, il figure dans la 4e partie consacrée à la signalisation de prescription.

  • L’alerte sonore

Dès qu’un véhicule circulant à contresens est repéré sur le réseau autoroutier, un message sonore est diffusé sur 107.7, la station Radio Vinci Autoroutes ou Autoroute Info, selon les réseaux. Il est diffusé toutes 2 à 3 mn jusqu’à la levée de l’alerte. La mesure est mise en place depuis mars 2015 sur le réseau autoroutier.

Sur un jingle presque aussi lugubre que celui du dispositif alerte-enlèvement, une voix grave sur fond de sirène hurlante annonce : « Alerte, véhicule à contresens ». Puis, un flash d’informations précise la zone dangereuse en localisant le véhicule et rappelle les comportements à adopter (voir ci-dessus “Les 3 consignes à respecter”) .

Le message, à écouter.

  • L’alerte visuelle

« Danger, véhicule à contresens », l’information s’affiche sur le réseau de panneaux à messages variables en bordure d’autoroute.
Comme pour les autres messages de danger, les automobilistes sont invités à écouter 107.7 pour en savoir plus.

  • D’autres mesures dissuasives à envisager

En complément de ces dispositifs, des aménagements sont en cours d’expérimentation : radar pédagogique anti-contresens, barrière automatique qui se ferme pour bloquer l’accès de l’autoroute dès qu’un signal d’alerte est déclenché…

Par ailleurs, un ingénieur, spécialisé en accidentologie routière, propose d’aller plus loin, en complétant le panneau « sens interdit » par un panonceau explicatif, en prévoyant des aires de manœuvre pour effectuer – en sécurité – un demi-tour, ou encore en créant une chicane sur les bretelles d’accès pour obliger les automobilistes à porter leur attention sur les panneaux et la configuration des lieux…

Le contresens en quelques chiffres

  • Près de 400 contresens sont détectés sur autoroute chaque année (a). Il peut s’agir de marche arrière au péage ou sur la bande d’urgence, et de prise à contresens de l’autoroute.

 

  • En 2017, la circulation à contresens représente 6% des causes des accidents mortels sur autoroute (b). Un pourcentage de collisions aux conséquences dramatiques qui peut paraître faible tout en étant fortement médiatisées.

 

  • En 2016, 124 accidents, dont 26 mortels, étaient dus à un véhicule circulant à contresens sur autoroute ou route à chaussées séparées (b).

a) Selon l’Asfa, Association française des sociétés d’autoroutes
b) Selon l’Onisr, Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Article publié le 15 mars 2018