Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

La mortalité routière baisse dans l’Union européenne d’après les premiers résultats enregistrés pour 2017. Mais pas assez.

Drapeau Union européenne

En 2017, 25 300 personnes ont perdu la vie sur les routes de l’UE, soit 300 de moins qu’en 2016. Pour la 2e année consécutive, la mortalité routière baisse de 2%. Des résultats encourageants, mais qui restent insuffisants pour atteindre l’objectif de l’UE : réduire de moitié le nombre de tués sur les routes entre 2010 et 2020.

D’autant que le nombre de personnes blessées demeure préoccupant. On estime à 135 000 le nombre de personnes gravement blessées en 2017. Et à 120 milliards d’euros par an leur coût socio-économique, qui comprend les soins de santé, les dommages matériels… « Une énorme perte pour les individus, les familles et la société dans son ensemble », déplore Violeta Bulc, Commissaire européenne chargée des transports.

Encourageantes aussi les comparaisons internationales. Avec une moyenne de 49 décès dans la circulation routière par million d’habitants (contre 174 dans le monde), les routes de l’UE demeurent « les plus sûres au monde en 2017 ». La Suède (25 personnes tuées par million d’habitants), le Royaume-Uni (27), les Pays-bas (31) forment le trio de tête. L’Estonie et la Slovénie comptent les plus fortes baisses du nombre de décès : respectivement, -32 % et -20 %. La Roumanie (98) et la Bulgarie (96) se classent bonnes dernières. Et la France, avec 53 décès par million d’habitants, légèrement au-dessus de la moyenne européenne…

Que faire ? « Déployer des efforts novateurs pour sécuriser davantage les routes d’Europe » propose la Commission européenne. En plus des actions (sensibilisation, contrôle…) menées régulièrement par les autorités nationales et locales. Et élaborer un nouveau cadre pour la période 2020-2030, fondé sur la déclaration de la Valette et assorti de mesures concrètes, telles la révision des règles européennes concernant la sécurité des véhicules et des infrastructures ou une « transition sans risques vers une mobilité coopérative, connectée et autonome ». Le temps presse : ces mesures, la Commission prévoit de les présenter ce printemps.

Pour en savoir plus

Article publié le 10 avril 2018