Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

L’aPR et la MACSF sensibilisent les professionnels de santé sur les risques de la conduite pour les patients

Près de 50% des médecins manquent d’informations sur la prévention du risque routier. A travers la publication d’une étude et d’une brochure, l’association Prévention Routière, avec le soutien de la MACSF, sensibilise les professionnels de santé pour prévenir les patients conducteurs des accidents de la route.

L’étude : le rôle des professionnels de santé est essentiel en matière de prévention routière envers leurs patients

L’association Prévention routière, avec le soutien de la MACSF, publie les résultats d’une étude1 menée auprès des professionnels de santé, sociétaires MACSF, sur la diffusion des messages de prévention routière auprès des patients.

Cette étude démontre notamment que 77% des praticiens interrogés pensent avoir un rôle à jouer en matière de prévention routière. Si 94% d’entre eux évoquent les risques de la conduite automobile face à un patient dont la pathologie ou le traitement est susceptible d’altérer les facultés à conduire, près de la moitié des professionnels de santé regrettent le manque d’information (45%) et de formation (54%) sur cette problématique. Pour ces professionnels, la somnolence, les addictions et les troubles de la vision sont les trois cas les plus cités pour lesquels il leur parait indispensable d’informer les patients sur les risques de la conduite automobile et les bons gestes à adopter.

Informer et conseiller les patients

Pour les professionnels de santé, il est légitime d’informer les patients sur les différents risques de la conduite liés à leur pathologie ou à leur traitement (97%), mais aussi sur la nécessité d’adapter leur conduite à leurs capacités (93%).

Seuls 42% des professionnels de santé sont conscients que leur responsabilité peut être engagée lors d’un d’accident causé par l’un de leurs patients dont la pathologie ou le traitement est susceptible d’altérer la capacité à conduire. Par ailleurs, ils ne sont que 38% à formuler des recommandations par écrit.

Selon le Docteur Thierry Houselstein, Directeur médical MACSF, « les professionnels de santé sont un maillon essentiel dans la sensibilisation des patients à l’impact de certaines pathologies, addictions, traitements ou états de santé particulier sur la conduite. De plus, ce sont eux qui sont les plus à mêmes de sensibiliser et informer les patients. Ils ont indiscutablement un rôle de santé publique et de prévention à jouer. D’ailleurs, 71% des praticiens considèrent logiquement qu’ils ne sont pas légitimes pour interdire la conduite, leur préoccupation étant avant tout le conseil et la prévention. Pour une majorité de praticiens interrogés, les conseils de prévention routière doivent être délivrés en priorité par les professionnels de santé, suivis par les médecins professionnels agréés et les associations et organismes de prévention et sécurité routières ».

Un rôle sous-estimé par 38% des sages-femmes, qui pensent ne pas avoir de rôle à jouer dans la transmission des messages de prévention routière, alors qu’elles sont à même de partager des conseils aux femmes enceintes et aux parents sur l’installation des jeunes enfants en voiture.

Infographie - Professionnels de santé

1 Etude « Prévention Routière », menée par la MACSF et l’association Prévention Routière, réalisée en février 2018 en France auprès de 578 professionnels de santé (médecins, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes…) sociétaires MACSF.

La brochure pour présenter aux professionnels de santé les risques liés à la conduite

En complément de cette étude, l’association Prévention routière, avec le soutien de la MACSF, diffuseront également une brochure disponible en ligne, destinée aux professionnels de santé. Ces conseils sont également disponibles sous forme de fiches pratiques sur le site de la MACSF.

« L’objectif est de faciliter le dialogue entre les professionnels de santé et leurs patients sur les sujets de la conduite. 21 fiches thématisées présentent ainsi les pathologies ou les traitements impactant la conduite, la manière d’aborder certains aspects médicaux, des rappels simples de la réglementation et des recommandations pour l’information des patients conducteurs.» Charles Mercier-Guyon, médecin, secrétaire du Conseil Médical de l’association Prévention Routière.

Cette brochure a été rédigée par le Conseil Médical de l’association Prévention Routière, avec l’aide de médecins agréés pour l’évaluation de l’aptitude des conducteurs et d’experts.

La brochure - Le médecin et son patient conducteur
CP - Le medecin et son patient conducteur -MACSF-APR
Article publié le 17 avril 2018