Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Le vélo à assistance électrique

Au quotidien
Sports et loisirs
Conduire
S'informer
Vélo
Le vélo à assistance électrique

Il a tout du vélo classique, avec un supplément technologique tout particulièrement appréciable en montée. Loin d’être réservé aux seuls « paresseux » en mal d’exercice, le VAE circule dans les centres villes comme en tout terrain. Avec pour atouts de favoriser l’activité physique, limiter les bouchons et préserver l’environnement.

  1. Qu’est-ce qu’un VAE ?
  2. Des aides financières en faveur du VAE
  3. En sécurité sur un VAE

Qu’est-ce qu’un VAE ?

Le vélo à assistance électrique ou VAE est un vélo équipé d’un moteur électrique, alimenté par une batterie rechargeable, qui offre une assistance au pédalage. Grâce à un système de capteurs, le moteur se met en marche dès que le cycliste actionne le pédalier.

Pour rouler sur la voie publique, route ou piste cyclable, choisissez toujours un VAE homologué.

Le VAE répond à une définition précise, fixée par l’article R.311-1 du Code de la route :

  • la puissance du moteur est limitée à 250 watt
  • le moteur s’arrête :
    – lorsque le vélo atteint la vitesse de 25 km/h ;
    – dès que le cycliste cesse de pédaler ou actionne le ou (les) frein(s).

Par ailleurs, il ne comporte aucun système (ni poignée d’accélération, ni interrupteur…) qui lui permette d’avancer sans pédalage.

Si l’une de ces conditions n’est pas remplie, en particulier si la vitesse peut atteindre 45 km/h, le vélo électrique entre dans la catégorie du cyclomoteur qui nécessite le permis AM, une immatriculation, une assurance spécifique, le port du casque, de gants et… quelques conseils de conduite.

La gamme des VAE rejoint celle des vélos classiques ; il existe un modèle pour chaque usage, ville, VTC, sport, BMX, VTT… Certains sont pliants. Et les enfants aussi, peuvent rouler à vélo électrique.

Batterie amovible vélo électrique

Le moteur, installé sur le moyeu de la roue ou dans le pédalier, est alimenté par une batterie qui, au fil du temps et des innovations techniques, est devenu de plus en plus puissante (*) et de plus en plus légère (jusqu’à moins de 10 kg).
Ces batteries, le plus souvent amovibles, se rechargent facilement sur une prise classique ; parfois aussi, mais sans recharge complète, en pédalant, voire même, en descente.

Attention, danger : ne pas utiliser une batterie qui a subi un choc !

Pour trouver un lieu de collecte des batteries de VAE, cliquez ici

(*) on est passé de 50 watt/h/kg à 140 Wh/kg

Moteur, batterie

A noter : depuis le 1er avril 2016, les obligations de montage et le réglage des vélos, y compris électriques, sont allégées pour les professionnels. Vendeurs ou loueurs peuvent livrer des vélos non entièrement assemblés mais accompagnés d’une notice. Pour en savoir plus, voir le site de la DGCCRF.

Des aides financières en faveur du VAE

Le bonus, en 2020
Le « bonus vélo à assistance électrique » est accordé pour une première acquisition d’un vélo à pédalage assisté. A condition qu’il ne soit pas équipé d’une batterie au plomb.

Attention ! Cette aide est attribuée une seule fois et uniquement si une aide similaire est accordée par une collectivité locale !

Pour en savoir plus et accéder au formulaire de demande du bonus

La progression des ventes de VAE se poursuit : on compte plus de 388 000 VAE vendus en 2019, soit presque (45,2% !) la moitié du marché du vélo, selon les statistiques de l’Observatoire du cycle livrées par l’organisation professionnelle Union Sport et Cycle qui publie un baromètre annuel.

Les aides financières en faveur du vélo s’appliquent aussi aux vélos à assistance électrique :

  • les salariés allant travailler à vélo, y compris en VAE, peuvent bénéficier du forfait mobilités durables (qui remplace l’indemnité kilométrique vélo ou IKV) jusqu’à 400 € par an et par personne pris en charge par l’employeur qui bénéficie d’une exonération (cotisations et contributions fiscales) ;
  • le « coup de pouce vélo«  mis en place à la sortie du confinement permet de bénéficier d’une prise en  charge de 50 € pour la réparation d’un vélo, y compris un VAE ; avec, si besoin, une séance de « remise en selle » pour ceux qui n’ont pas utilisé de vélo depuis longtemps.

Par ailleurs, certaines grandes villes proposent des aides pour adapter un kit de motorisation électrique sur un vélo « classique ». Il faut se renseigner en mairie.

En sécurité sur un VAE

Vélo électrique avec casqueLe vélo à assistance électrique est à la fois plus rapide, à pédalage équivalent, et plus lourd (6 à 20 kg de plus) qu’un vélo classique.

Sa vitesse et son poids ont deux conséquences que le cycliste doit prendre en compte pour assurer sa sécurité :

  • la distance d’arrêt est allongée.
    Le bpa suisse a calculé qu’il faut près de 19 mètres pour s’arrêter sur un vélo roulant à 25 km/h. Soit presque le double de la distance d’arrêt à 15 km/h (la vitesse moyenne d’un cycliste amateur) ;

 

  • la vitesse est souvent sous-estimée par les piétons ou les automobilistes.
    Le faible encombrement, le silence et la vitesse du VAE (à laquelle les autres usagers ne s’attendent pas ) a pour conséquence qu’il est souvent perçu tardivement par les autres usagers.

Quelques conseils pour circuler en sécurité

  • prendre l’habitude de porter un casque ;
  • se rendre visible, en allumant l’éclairage de son vélo et en portant un gilet rétrorélféchissant en toutes circonstances, pas seulement la nuit ;
  • respecter la réglementation routière ;
  • anticiper, le maître-mot de la conduite.

Un VAE peut circuler sur les pistes et bandes cyclables.

Balade à vélo

Faire du vélo, c’est amusant, écologique et bon pour la santé… mais ça ne s’improvise pas. Pour qu’une balade à plusieurs, en famille ou entre amis, soit réussie, quelques précautions s‘imposent. Des principes simples, faciles à appliquer, le « minimum sécurité » !

Lire l’article
Article publié le 2 mai 2018