Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Trajets professionnels sur autoroute – Somnolence, vitesse et téléphone toujours sources de comportements à risque

logo asfa                                                                                      

A l’occasion de la deuxième édition des « Journées de la sécurité routière au travail » (14-18 mai 2018*), l’association Prévention Routière et l’ASFA dévoilent les résultats de leur baromètre sur l’évolution des comportements des conducteurs lors des trajets domicile-travail et des déplacements professionnels sur autoroute**.

Si, en 5 ans, on relève des progrès dans le comportement des automobilistes, notamment sous l’influence des actions de prévention routière en entreprise et des nouvelles mesures législatives, des comportements à risque perdurent :

  • 29% des automobilistes sur les trajets domicile-travail lisent des SMS en conduisant et 71% admettent téléphoner.
  • 62% des conducteurs ont dû lutter contre le sommeil lors d’un trajet professionnel longue distance sur l’autoroute.

Affiche fatigue ASFA APRAffiche smartphone ASFA APRAffiche Vitesse ASFA APR

La prévention du risque routier en entreprise : encore trop peu répandue

Le baromètre ASFA / association Prévention Routière met en évidence la progression des démarches de prévention du risque routier par les employeurs. Alors qu’en 2013 seuls 3 % des conducteurs constataient que leur entreprise était engagée dans cette démarche, ils sont aujourd’hui 18 % à le déclarer pour les déplacements professionnels longue distance et 12% pour les trajets domicile-travail, avec des disparités dans les initiatives prises selon la taille de l’entreprise.

Téléphone au volant : les usages dangereux se multiplient

Tous les conducteurs disposent aujourd’hui d’un Smartphone (97 %), alors qu’ils n’étaient que 2/3 à en être équipés en 2013. Si, en 5 ans, l’usage du téléphone au volant pour des appels a diminué lors des déplacements longue distance (68 % contre 80 % en 2013), il a en revanche progressé significativement sur les trajets domicile-travail (71 % contre 61 % en 2013).

Alors que la conduite nécessite toute l’attention des conducteurs, d’autres usages plus complexes que des appels téléphoniques progressent sur les trajets domicile-travail : 29 % des conducteurs déclarent lire les SMS (comme en 2013) et 15% en envoient (12% en 2013). A l’inverse, pour les conducteurs en déplacements professionnels longs, ces pratiques diminuent même si elles restent très élevées : 38 % lisent les SMS (soit 16 points de moins qu’en 2013) et 24 % en envoient (contre 34 % en 2013).

A noter qu’aujourd’hui, l’usage du téléphone au volant, tenu en main ainsi que le port d’une oreillette Bluetooth ou filaire est sanctionné de 135 euros d’amende et d’un retrait de trois points du permis de conduire. A partir de 2019, un conducteur sanctionné pour avoir commis une infraction alors qu’il utilisait son téléphone pourra voir son permis suspendu.

Somnolence au volant : près d’1/3 des conducteurs en dette de sommeil

Le dernier baromètre ASFA / association Prévention Routière montre que le risque de somnolence touche plus massivement les conducteurs en déplacement professionnel longue distance. Comme en 2013, 62 % affirment avoir déjà lutté contre le sommeil lors d’un trajet sur autoroute. Si les trajets domicile/travail, sont a priori moins propices à la somnolence, il est inquiétant d’observer que 42 % des conducteurs ont été confrontés à cette situation cette année, ils n’étaient que 37 % en 2013.

Quel que soit le type de déplacement, 32 % des conducteurs déclarent être en dette de sommeil. Par ailleurs, 12 % (contre 15 % en 2013) avouent avoir vécu un bref assoupissement ayant provoqué un accident, un incident ou un sentiment de danger immédiat, en particulier ceux travaillant en horaires décalés. En 2013 déjà, 41% des conducteurs en mission professionnelle et 28% des automobilistes sur leur trajet domicile/travail affirmaient conduire avec une dette de sommeil.

Vitesses autorisées : les transgressions persistent

Les ¾ des conducteurs interrogés considèrent la limitation de vitesse à 130 km/h sur autoroute raisonnable et plus de 90 % disent respecter les limitations en zones de travaux.
Pour les déplacements de longue distance, ceux qui déclarent dépasser le 130 km/h passent de 60 % en 2013 à 38 % en 2017. Cette évolution, très favorable, est à relier avec la loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 mettant en cause la responsabilité pénale des employeurs en cas d’infractions routières des salariés relevées par les radars. Pour les trajets domicile-travail, la tendance s’inverse avec 45 % des conducteurs (contre 40 % en 2013) qui reconnaissent rouler au-delà des vitesses limites sur autoroute.

* Organisée par la Délégation à la Sécurité Routière.
** Baromètre réalisé auprès d’automobilistes empruntant l’autoroute selon deux méthodologies :
– déplacements longue distance : “face à face” sur 3 aires de service (1 200 automobilistes) – novembre 2017.
– trajets “domicile/travail” et locaux : par téléphone (900 abonnés au télépéage) – novembre/décembre 2017.

Article publié le 17 mai 2018