Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Mortalité routière dans l’UE, un tout petit mieux

Drapeau Union européenne

25 100 personnes ont été tuées en 2018 sur les routes de l’Union européenne, soit un peu moins que l’année précédente (-1%), selon les premiers résultats livrés par la Commission européenne.

La moyenne européenne s’établit à 49 personnes tuées par million d’habitants. Une moyenne que laissent loin derrière eux les quatre pays classés en tête : le Royaume-Uni (28 décès par million d’habitants), le Danemark (30), l’Irlande (31) et la Suède (32). En queue de « peloton », la Roumanie est bonne dernière (96), devancée par la Bulgarie (88) puis par la Lettonie (78), la Croatie (77) et la Pologne (76). Quant à la France, à la 10e place, elle se classe juste au-dessus de la moyenne, avec un taux de 48 tués pour 1 million d’habitants. La Commission européenne précise aussi que « pour la majorité des États membres, le taux de mortalité sur la route était inférieur à 60 décès par million d’habitants en 2018. »

Autre statistique : on estime à 135 000 le nombre de blessés graves sur les routes de l’UE, soit 5 personnes grièvement blessées pour une personne tuée. Il est encore trop tôt pour connaître le détail de l’accidentalité en 2018 par catégories d’usagers (piétons, cyclistes, motards…) et par tranche d’âge dans la population.

Des efforts ont été entrepris pour mettre en place des mesures concrètes destinées à améliorer la sécurité sur les routes européennes. Les plus récents objectifs concernent la sécurité des véhicules, avec l’intégration de nouvelles technologies sur les véhicules neufs (assistance intelligente de vitesse, freinage d’urgence automatisé…) pour protéger les passagers et les usagers les plus vulnérables, piétons et cyclistes. Ils concernent aussi la sécurité des infrastructures, avec un projet de cartographie des risques pour les autoroutes et les routes à grande circulation.

Mais des efforts supplémentaires sont nécessaires. C’est le sens du plan stratégique qui a été fixé pour la décennie 2021-2030 par la Commission européenne au printemps dernier. Dans la perspective de réduire de moitié le nombre de personnes tuées et gravement blessées entre 2020 et 2030. Et avec l’objectif à long terme « d’œuvrer pour la «Vision zéro» : zéro décès sur les routes d’ici 2050 », comme le précise Violeta Bulc, commissaire européenne en charge des Transports, « un niveau de sécurité que les citoyens de l’UE exigent et méritent. »

Pour en savoir plus

Article publié le 9 avril 2019