Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Les nouveaux moyens de mobilité urbaine

Au quotidien
Sports et loisirs
S'informer
Piéton
Trottinette en ville

Ils sont maniables peu encombrants, rapides et ludiques. On s’y déplace en position debout. Les nouveaux modes de transport, électriques, séduisent de plus en plus de citadins. Mais ils suscitent aussi quelques interrogations. Sont-ils sans danger ? Où et comment les utiliser ?… Le point sur la question, avec quelques conseils.

  1. Une vidéo 360° pour bien rouler à trottinette électrique
  2. Mobilité urbaine, une nouvelle catégorie de véhicules
  3. Réglementés depuis le 25 octobre 2019
Tout EDPM, ou engin de déplacement personnel motorisé, doit désormais être équipé de feux de position avant et arrière, de catadioptres, d’un système de freinage et d’un avertisseur sonore. C’est le cas notamment des trottinettes électriques.
Nouveau en juillet 2020

Une vidéo 360° pour bien rouler à trottinette électrique

Elle est réalisée par l’association Prévention Routière en partenariat avec Allianz. Elle propose, en images dans toutes les directions, une série de conseils, faciles à suivre !

Vous y découvrirez comment bien s’équiper, comment déjouer les pièges de la circulation, notamment celui de l’angle mort, comment s’abstenir de surprendre les piétons… pour éviter de vous mettre en danger et de gêner les autres.

Regarder la vidéo à 360° sur youtube

Mobilité urbaine, une nouvelle catégorie de véhicules

Les engins de déplacement personnel viennent de faire leur entrée, comme nouvelle catégorie de véhicule, dans le code de la route : le décret n° 2019-1082 du 23 octobre 2019 (au JO du 25 octobre) définit leurs caractéristiques techniques et leur usage, circulation et stationnement, sur la voie publique.

  • Les engins de déplacement personnel non motorisés (skate-board, roller, trottinette…) ou EDP peuvent être utilisés sur les espaces dédiés aux piétons, notamment les trottoirs… à condition qu’ils circulent au pas.
  • Les engins de déplacement personnel motorisés ou EDPM font l’objet d’une réglementation spécifique depuis le 25 octobre 2019 (voir plus bas).

Gyropode en villeQuelques exemples d’EDPM, outre la trottinette électrique :

  • le gyropode – Deux grosses roues, une plateforme pour poser ses pieds et un guidon. Il faut pencher le corps : en avant pour avancer, en arrière pour freiner. Et pour tourner, il faut pencher le guidon vers la droite ou vers la gauche. Peut atteindre 20 km/h ;
  • le monocycle (ou gyroroue ou wheel) – Une seule roue et deux pédales (rétractables) de chaque côté. Se manœuvre comme le gyropode. Certains modèles peuvent rouler au-delà de 30 km/h ;
  • l’hoverboard – Deux petites plateformes entre deux roues – Peut atteindre 15 km/h.

Réglementés depuis le 25 octobre 2019

À Savoir
Un choc à 25 km/h équivaut à une chute du 1er étage d’un immeuble.
La sécurité de ces engins pose de nombreuses questions : stabilité, solidité, adhérence, conflits avec les autres usagers, responsabilité en cas d’accident, verbalisation, etc. Les risques sont réels. Il est impératif de respecter la réglementation et de rester vigilant.

Voici les nouveautés introduites par le décret n° 2019-1082 du 23 octobre 2019 pour les engins de déplacement personnel motorisés : trottinette électrique, hoverboard, gyropodes, monoroue…

Se conformer aux règles générales

  • Avant 12 ans, pas question de se lancer sur un EDP motorisé.
  • Il s’agit de mode de transport individuel : il est proscrit de s’y déplacer à plusieurs. 
  • Ni écouteurs ni téléphone.
  • C’est une catégorie de véhicule terrestre à moteur qui doit être assuré.
  • Pour circuler sur la voie publique, l’engin est conçu pour ne pas dépasser 25 km/h.

S’équiper

  • Rétroréfléchissant. Un vêtement ou un équipement (gilet, brassard…) rétro-réfléchissant s’impose à l’usager quand la visibilité est insuffisante ou de nuit, y compris en ville.
  • Casqué. Comme à vélo, le casque est fortement recommandé.
  • Indispensables. À partir du 1er juillet 2020, les EDPM devront être équipés de feux de position avant et arrière, de catadioptres arrière et latéraux, d’un système de freinage et d’un avertisseur sonore.

Respecter les règles de circulation

  • Pas de circulation sur le trottoir pour les EDPM, sauf s’ils sont tenus à la main.
  • En ville, toujours circuler sur la piste ou la bande cyclable (quand elle existe) ; s’il n’y en a pas, sur les voies dont la vitesse est inférieure ou égale à 50 km/h.
  • Hors agglomération, conduite sur piste cyclable ou voie verte.
  • Possibilité de stationner sur le trottoir, en veillant à ne pas gêner les piétons.

Voir aussi

En fonction des circonstances locales (sécurité, fluidité du trafic…), le maire peut interdire l’usage des EDPM sur certaines parties du territoire de sa commune. Par ailleurs, il peut autoriser la circulation des EDPM sur le trottoir. A condition de rouler au pas.

Trottinette sur trottoirEt hors agglomération, les élus locaux peuvent autoriser les EDPM à rouler sur les routes dont la vitesse maximale atteint 80 km/h. A condition de porter un casque et un équipement rétro-réfléchissant, de disposer d’un éclairage complémentaire et d’allumer les feux de position de l’engin.

Le rôle des élus locaux

→ → → Les sanctions
– Toute infraction à la circulation, y compris le transport d’un passager, est une contravention de la 2e classe sanctionnée d’une amende de 35€.
– Circuler sur le trottoir ou sur un engin débridé est une contravention de 4e classe, sanctionnée d’une amende de 135€.
– Circuler sur un engin dont la vitesse, à la construction, est supérieure à 25 km/h, est une contravention de 5e classe, sanctionnée d’une amende de 1 500 €.

 

Article publié le 31 octobre 2019