Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Crit’Air, priorité aux véhicules les moins polluants

Au quotidien
Vacances et voyages
S'équiper
S'informer
Voiture

Comment lutter contre la qualité de l’air dégradée en ville, à cause notamment du trafic routier ? En restreignant la circulation des véhicules les plus polluants, grâce aux vignettes Crit’Air , et en accueillant des véhicules dits plus « propres » dont l’acquisition est favorisée par des incitations financières.

  1. Du tout électrique au Diesel, les 6 classes de véhicules Crit’Air
  2. Comment Crit’Air sert à lutter contre la pollution
  3. Les incitations financières pour un bon crit’Air
  4. Les risques de la pollution atmosphérique

Du tout électrique au Diesel, les 6 classes de véhicules Crit’Air

Une classification de l’ensemble des véhicules, deux et trois-roues, voitures, utilitaires, poids lourds, véhicules de transport en commun (1) est établie selon leurs émissions polluantes (essentiellement particules fines et oxydes d’azote), leur motorisation et leur âge, dans le cadre de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

La nomenclature, fondée sur les normes Euro (2), comporte 6 classes. A chaque classe correspond un « certificat qualité air » spécifique, dénommée Crit’Air, c’est-à-dire un macaron autocollant à apposer sur le pare-brise. Facilement repérable puisqu’il porte soit un numéro de 1 à 5 soit un dessin stylisé et que sa couleur varie : vert, violet, jaune, orange, marron ou gris.

Ce document sécurisé est délivré à la demande, pour un montant de 3,67 € qui comprend les frais de fabrication, de gestion et l’envoi postal (en France).

(1) Sauf engins agricoles et engins de chantier
(2) normes européennes fixant les seuils d’émissions de polluants pour les véhicules neufs.

La demande est à faire sur le site www.certificat-air.gouv.fr, en mentionnant le numéro d’immatriculation, la date de 1ère mise en circulation et le numéro de la carte grise. Le macaron Crit’Air est envoyé à l’adresse correspondant au certificat d’immatriculation.

Une procédure écrite par courrier est également disponible en saisissant ce formulaire et en le renvoyant par courrier postal.

Pour toute information, tél. : 0820 147 700 ou le site Crit’air 

Comment obtenir son Crit’Air ?

Comment Crit’Air sert à lutter contre la pollution

A savoir
Attention ! Que vous soyez résident ou de passage dans une commune, vous êtes soumis à la réglementation en vigueur, signalée par panneaux.

Obligatoire ou conseillé ? National ou local ? Pas facile de s’y retrouver ! On récapitule.

Le certificat qualité de l’air est utile partout en France, si vous voulez utiliser votre véhicule dans les cas de restriction de circulation et/ou stationnement :

  • lors des pics de pollution, selon les décisions prises par le préfet, comme c’est régulièrement le cas à Paris ou Grenoble, par exemple ;
  • dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m), des zones délimitées par les communes ou groupements de communes, après une étude environnementale et qui, selon les circonstances locales, couvrent, en totalité ou en partie, une agglomération. Les premières, alors « zones de circulation restreinte », se sont mises en place d’Avignon à Dunkerque en passant par Strasbourg ou Grenoble, dans le cadre du projet « Villes respirables en 5 ans ».

L’agglomération parisienne, les métropoles de Grenoble et de Lyon sont des ZFE-m. Elles sont suivies de plusieurs autres en 2021, selon le décret du 16 septembre 2020 (Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse) puis en 2025, ce sont toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants qui deviendront des ZFE-m.

Si aucune pastille Crit’Air n’est collée, de façon visible, sur le pare-brise de votre véhicule, vous ne pourrez pas circuler dans les villes ou les quartiers ayant institué des mesures de restrictions de la circulation des véhicules pour restaurer la qualité de l’air.

Et une amende de 68 € (pour voitures et deux-roues), et de 135 € (pour les véhicules lourds) sanctionne tout manquement.

Visible sur le pare-brise

⇒ ⇒ ⇒ Pour coller correctement votre Crit’Air, jeter un œil sur la vidéo du ministère de l’Environnement.

Les incitations financières pour un bon crit’Air

Plusieurs aides financières coexistent pour favoriser l’acquisition de véhicules à faibles émissions polluantes. Elles sont soumises à conditions et fixées par barème. Elles vont évoluer à compter du 1er juillet 2021.

  • Bonus écologique : pour achat ou location longue durée de modèles de voitures ou camionnettes, avec émissions faibles de dioxyde de carbone (CO2), y compris électriques ou hybrides.
  • Prime à la conversion : pour le remplacement d’un Diesel ancien par un véhicule électrique.

Pour en savoir plus

Sans oublier les aides supplémentaires proposées par les collectivités territoriales, ainsi que les cas particuliers des véhicules de société.

Les risques de la pollution atmosphérique

La pollution de l’air est causée notamment par les particules fines, nocives pour la santé parce qu’elles engendrent des maladies respiratoires et des risques cardio-vasculaires, provenant essentiellement du trafic routier.
Une situation préoccupante puisqu’en France, par exemple, les villes concentrent près de 80% de la population, avec une progression régulière depuis cinquante ans !

Quelques chiffres

Selon une étude en santé environnementale de février 2021, rassemblant des chercheurs américains et britanniques, près de 100 000 décès prématurés seraient dus chaque année en France à la pollution de l’air par les particules fines. Ce qui représente plus de 17% de la mortalité.

C’est bien au-delà des 48 000 décès prématurés par an, soit plus de deux ans de perte d’espérance de vie, selon les estimations de l’Agence nationale de santé publique en 2016. Qui eux-mêmes étaient revus à la hausse dans une  étude révélée en mars 2019.

Depuis le 16 janvier 2017, la capitale devenant une zone à circulation restreinte, tout véhicule devant y circuler doit arborer, sur le pare-brise, son autocollant Crit’Air dont la couleur indique le niveau de pollution.

Les voitures et camionnettes mises en circulation avant le 1er janvier 1997, les deux-roues motorisés et les véhicules lourds, avant le 1er juin 2000, ainsi que, dès le 1er juillet 2017, les véhicules correspondant à la classe 5 de Crit’Air, ne sont plus admis à rouler du lundi au vendredi de 8 heures à 20 heures.

Depuis le 1er juillet 2019, la circulation des véhicules portant la vignette Crit’Air 4 est restreinte. Avec impossibilité de circuler de 8h à 20h, du lundi au vendredi  pour les véhicules légers (y compris les deux-roues) ; et aux mêmes heures tous les jours pour les véhicules lourds (poids lourds et autocars). Sur le boulevard périphérique et dans les deux bois (Vincennes et Boulogne), l’interdiction concerne les véhicules non classés et Crit’Air 5.

A partir du 1er juin 2021, un nouveau seuil d’interdiction (jusqu’au Crit’Air 4) s’appliquera sur le boulevard périphérique et dans les Bois.

A Paris

Pour tout savoir sur Crit’Air

Article publié le 1 mars 2018