Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

zone 30

30 ans pour les zones 30 ! L’âge de la pleine maturité pour ces espaces permettant de préserver la qualité de la vie en ville et la sécurité des déplacements pour tous, pas seulement pour les usagers motorisés. Et qui peu à peu façonnent des villes  30.

  1. Ce qu’est une zone 30
  2. Repérer les zones 30
  3. De la zone 30 à la ville 30
  4. 30 km/h en ville, un peu d’histoire

Ce qu’est une zone 30

Rouler zen
Dans une zone 30, la vitesse de circulation à 30 km/h des usagers motorisés favorise la sécurité et le confort des déplacements de tous, à pied, à vélo, à trottinette ou en fauteuil roulant…
Sans exclure ni les enfants, parfois turbulents, ni les séniors, moins alertes.
C’est un espace public urbain dans lequel la vitesse modérée des véhicules permet de préserver la vie locale.

Sans y être prioritaire, le piéton s’y déplace en sécurité : il emprunte le trottoir (quand il existe) et peut traverser facilement, tout en restant vigilant, même en l’absence de passages piétons,

Le vélo cohabite sans difficulté avec les usagers motorisés, en raison de la vitesse homogène qui plafonne à 30 km/h. Et le double-sens cyclable y est la norme, sauf si la commune en décide autrement.

La zone 30 est définie dans le Code de la route par les articles R110-2 et R411-4.

  • Plus on roule vite, plus la distance d’arrêt augmente. Et inversement.

Sur route sèche, avec de bons pneus :
– à 50 km/h, on parcourt 27,5 mètres pour s’arrêter
– pour s’arrêter à 30 km/h, on parcourt 13,5 mètres, soit une distance moitié plus courte
Ce n’est pas rien s’il faut s’arrêter pour laisser un piéton…

  • Plus on roule vite, plus le champ de vision rétrécit. Et vice-versa.

Quand on regarde devant soi :
– à 50 km/h, on voit sur 90°
– à 30 km/h, on voit jusqu’à 120°
Ça peut être utile en ville, dans le trafic dense qui mêle voitures, motos, vélos, enfants, seniors…

  • Rouler doucement ne fait pas perdre de temps.

30 kmhLes études montrent qu’en milieu urbain :
– quand la limitation de vitesse est fixée à 50 km/h, on roule en moyenne à 18,9 km/h
– quand la vitesse est limitée à 30 km/h, on roule en moyenne à 17,3 km/h
Perdre 18 secondes par kilomètre, soit 6 minutes sur 20 km, ce n’est pas vraiment perdre du temps…
D’autant qu’en ville 1 trajet sur 2 fait moins de 3 km !

Pourquoi 30 km/h est plus sûr que 50 km/h ?

Repérer les zones 30

A quoi reconnaît-on une zone 30 ?

  • Aménagement

La zone 30 ne requiert pas d’aménagement spécifique, si ce n’est :
– des trottoirs bien différenciés de la chaussée,
– des trottoirs larges, sur lesquels le cheminement piéton est facilité par le moins d’obstacles possible (stationnement, arrêt de bus, mobilier urbain…)
– des traversées piétonnes possibles partout, sans multiplier les passages piétons.

  • Signalisation

Panneau zone 30La zone 30 ne se cache pas :
– elle est signalée, à chaque entrée, par un panneau B30 ; puis un panneau B51 indique la « fin de zone 30 » ;
– en complément, la mention « Zone 30 » peut être inscrite, en blanc, sur toute la largeur de la chaussée, avec parfois des flèches directionnelles.
Un marquage au sol qui, en milieu urbain, est plus lisible que les panneaux situés en hauteur.

Pour en savoir plus, le site du Cerema

A quoi sert la zone 30 ?

– Elle garantit des conditions de déplacement satisfaisantes pour tous.
– Elle préserve la qualité de la vie et la tranquillité dans la rue, en centre ville, près des écoles, dans les quartiers résidentiels…
– Elle favorise une mobilité sécurisée en ville, dans les bourgs ou les villages.

Carrefour zone 30

Entre 2018 et 2019, la mortalité routière en agglomération a augmenté de +8%, ce qui représente 74 personnes tuées de plus.
Multiplier les aménagements qui induisent des vitesses modérées dans les communes françaises est l’une des solutions permettant d’inverser cette courbe ascendante.
Faire baisser le nombre de personnes tuées en ville

La zone 30, un aménagement parmi d’autres

Aire piétonneLa zone 30 se différencie d’autres types d’aménagement d’apaisement de la circulation, notamment :

– l’aire piétonne qui donne la priorité aux piétons et tolère les véhicules motorisés, le plus souvent au pas ;

zone de rencontrela zone de rencontre qui privilégie « la mixité des usages », impose une vitesse encore plus basse (20 km/h) et repose sur le principe de prudence selon lequel l’usager le moins vulnérable doit faire preuve de vigilance à l’égard du plus fragile…

 

Piéton âgé avec canne

Mais les objectifs sont les mêmes partout :

  • accueillir les modes de déplacement doux (marche, vélo, trottinette…),
  • favoriser une circulation apaisée
  • partager l’espace public.

 

 

…si l’on se réfère aux résultats du Nouvel Observatoire des Risques Routiers et de la Mobilité (*)

Plus de 9 Français sur 10 sont favorables à la réduction de la vitesse aux abords des écoles.
Mais 3 sur 4 (74%) déclarent avoir du mal à respecter la limitation à 30 km/h, même aux abords des écoles.

Panneau attzention enfantLes Français reconnaissent pourtant que passer de 50 à 30 km/h :
raccourcit la distance de freinage en cas d’urgence (89%),
réduit le risque de blesser un piéton en cas de collision (82%),
facilite les capacités d’observer ce qui se passe autour de soi (78%)
favorise le partage de la route et de la rue. (73%).

Et quand on analyse le comportement réel des conducteurs, ce que rend possible le Nouvel Observatoire via l’application regroupant « la communauté des éclaireurs », on peut mesurer combien rouler doucement ne va pas de soi…
Dans les zones 30, les conducteurs roulent au-dessus de la limite à 30 km/h durant plus de 20% du temps, et aux abords des écoles, ils dépassent 30 km/h pendant 10% de leur temps de circulation !

(*) Lancé il y a près de 3 ans par notre association et ses partenaires, Assurance Prévention, Inetum (anciennement Gfi Informatique), Institut des Actuaires, Opinion Way.

Pas facile de respecter le 30 km/h, même près des écoles

De la zone 30 à la ville 30

  • Un peu partout en France comme chez nos voisins européens, les zones 30 se multiplient. Aujourd’hui, c’est souvent la ville toute entière qui se transforme en une vaste zone 30, devenant une ville 30.

Après les pionniers comme Grenoble, Nantes franchit le pas à la rentrée 2020. Et, pour ne citer qu’elles, c’est aussi le choix qu’ont fait l’an dernier Lille, Bègles ou la petite ville de Plailly dans l’Oise, mais aussi de nombreuses communes distinguées par notre labelLogo Ville Prudente

En Europe, Bruxelles, Madrid, Milan, bientôt Paris, et tant d’autres, optent résolument pour la vitesse à 30 km/h dans la quasi-totalité des voies urbaines.

Et c’est l’Espagne qui ouvre la voie à une réglementation générale dans tout le pays, en instaurant la vitesse de 30 km/h en ville lorsqu’il y a une seule voie par sens de circulation.

Pour en savoir plus, le site ville30.

  • A l’échelle internationale aussi, la zone urbaine limitée à 30 km/h fait aussi son chemin.#love30 UN ONU

En 2021, l’ONU lance la campagne #Love30 à l’occasion de la 6e semaine mondiale de la sécurité routière prévue du 17 au 23 mai.
Avec l’objectif que la vitesse de 30 km/h devienne la norme dans les villes et villages du monde entier !

 

30 km/h en ville, un peu d’histoire

Voilà 30 ans qu’elles font partie du paysage urbain. C’est la modulation de la vitesse en ville, le 1er décembre 1990 (*), qui en France ouvre la voie aux premières zones 30.

La limitation générale est désormais fixée à 50 km/h (au lieu de 60). Et dans le même temps les maires ont aussi la possibilité de relever la vitesse à 70 km/h sur les voies rapides, en général en périphérie, et de l’abaisser à 30 km/h dans les lieux où la vie locale domine, où se mêlent différentes catégories d’usagers, y compris les plus vulnérables (enfants, seniors, piétons, cyclistes…).

L’idée de réduire la vitesse dans les quartiers résidentiels vient des Pays-Bas qui la testent avec succès dès la fin des années 1970. La zone 30 s’intègre d’emblée au programme « Ville plus sure, quartiers sans accidents » mené dans les années 1980 avec le Certu (devenu le Cerema) pour concilier qualité de vie en ville et sécurité. Un peu plus tard, elle fait pleinement partie du Code de la rue initié en 2008 puis se remodèle dans le cadre du Plan d’actions pour les mobilités actives (Pama) mis en œuvre en 2015.

En Europe aussi

Réglementation routière dans 'Union européenneEn 2012/2013, l’une des premières initiatives citoyennes européennes revendique la limitation à 30 km/h pour réhabiliter la ville comme un lieu de vie et d’échanges. Et jusqu’à la récente Déclaration de Stockholm en février 2019 qui rassemblait les représentants de gouvernements du monde entier, les institutions de l’Union européenne (Parlement, Commission) encouragent l’aménagement de zones 30 urbaines, voire les villes 30, dans toute l’UE.

(*) par décret du 29 novembre 1990 pour une entrée en vigueur le 1er décembre 1990.

Article publié le 10 décembre 2020