Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

L’alcool tient un rôle majeur dans la mortalité routière. On estime qu’il serait la cause principale d’au moins 20% des accidents mortels.

  1. L’alcool, l’un des principaux facteurs d’accident
  2. Ce que dit le Code de la route

Le chiffre
92
La grande majorité (92%) des conducteurs alcoolisés impliqués dans un accident sont des hommes.

L’alcool, l’un des principaux facteurs d’accident

 

18% des conducteurs impliqués dans les accidents mortels de la route en France ont un taux d’alcool supérieur à 0,5 g/l.

Lors des nuits de week-ends et les jours fériés, l’alcool est présent dans 63% des accidents mortels, soit près de 2 sur 3.

Les jeunes adultes de 18 à 24 ans ne sont pas les seuls concernés. Ils représentent 1/4 des conducteurs alcoolisés dans les accidents mortels. Mais le reste de la population active, entre 25 et 64 ans, représente aussi une part importante (les 2/3) des conducteurs alcoolisés lors d’accidents mortels.

 

alcool 3

Pourquoi l’alcool est incompatible avec la conduite

L’alcool a un effet désinhibiteur et euphorisant qui modifie la perception des risques (vitesse, distance, conditions pour dépasser…)

Il provoque :

  • Une mauvaise coordination des gestes
  • Un allongement du temps de réaction
  • Le trouble de la vision

Il favorise également :

  • L’agressivité
  • La somnolence
alcool effetsAvec Moduloroute, testez vos connaissances sur les effets de l’alcool : « Alcool : les effets »
Pour aller plus loin

D’autres mélanges dangereux pour la conduite : cannabis, médicaments

Les effets néfastes pour la conduite de l’alcool peuvent être aggravés par certains médicaments, notamment les tranquillisants.

 

drogue

Ce que dit le Code de la route

  • À partir de 0,2 g/l dans le sang (ou 0,1 mg/l air expiré) : la conduite est interdite pour deux catégories d’usagers : les conducteurs novices et les conducteurs de véhicules de transport en commun.
  • À partir de 0,5 g/l dans le sang (ou 0,25 mg/l air expiré) : la conduite est interdite pour tous les autres conducteurs.

 

Conduire sous l’emprise d’un état alcoolique est lourdement sanctionné :

  • Entre 0,2 g/l et 0,8 g/l dans le sang, (ou 0,25 g/ml et 0,4 mg/l air expiré) : l’infraction est une contravention, sanctionnée par une amende de 135 €, un retrait de 6 points et une suspension du permis pendant 3 ans maximum.
  • À partir de 0,8 g/l dans le sang (ou 0,4 mg/l air expiré) : l’infraction devient un délit (tribunal correctionnel), sanctionné par un retrait de 6 points, une amende jusqu’à 4 500 €, 2 ans de prison, une suspension voire une annulation du permis de conduire.
  • Le refus de se soumettre au dépistage du taux d’alcoolémie est aussi un délit, sanctionné comme une alcoolémie supérieure à 0,8 g/l dans le sang.

 

Enfin, un conducteur en alcoolémie positive et impliqué dans un accident peut se voir limiter, voire exclure de son droit à indemnité. Son assurance peut également être résiliée.

EAD, une expérimentation dès le 1er décembre

Encore une mesure incluse dans le très dense CISR (*) d’octobre 2015 qui se met en place, progressivement. A partir du 1er décembre 2016, un nouveau dispositif de lutte contre l’alcool au volant est expérimenté dans les trois départements de la Drôme (26), du Nord (59) et de la Marne (51).

Lire l’article
Article publié le 31 mars 2016