Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Drogues

Cyclo
Moto
Voiture
Ado / jeune
Adulte / Parent
Alcool
Drogues
Réglementation

L’usage de drogues n’est pas un phénomène marginal puisque des centaines de milliers de Français consomment régulièrement ou occasionnellement des produits tels que cannabis, cocaïne, LSD, héroïne ou bien amphétamines. La consommation de stupéfiants multiplie par deux le risque d’être responsable d’un accident mortel. Couplé à une alcoolémie positive, les risques sont démultipliés.

  1. Des effets dévastateurs
  2. La détection des drogues
Le chiffre
94%
Les hommes sont surreprésentés (94%) parmi les conducteurs contrôlés positifs aux stupéfiants dans les accidents mortels.

Des effets dévastateurs

Les produits stupéfiants constituent un danger pour la conduite automobile car leurs effets impactent directement le comportement du conducteur et ses réflexes. En 2015, 23% des personnes décédées sur la route l’ont été dans un accident impliquant un conducteur ayant eu un test positif aux stupéfiants.

 

Zoom sur le cannabis

Le cannabis altère la vision, l’audition et les capacités de coordination. Le temps de réaction s’allonge, la capacité de contrôle d’une trajectoire s’amoindrit et la réponse en situation d’urgence se détériore. Certains types de cannabis à forte teneur en principes actifs peuvent provoquer une véritable ivresse.

 

drogue

 

Zoom sur la cocaïne

Puissant excitant et désinhibiteur, la cocaïne provoque une euphorie, un sentiment de toute puissance et une indifférence à la douleur ou à la fatigue. Au volant, la prise de cocaïne entraîne une conduite plus agressive, associée à des erreurs d’attention ou de jugement. Quelques accidents typiques : perte de contrôle due à une vitesse excessive, collision suite à un changement de direction inopiné…

De surcroît, la consommation de cocaïne est souvent combinée avec d’autres substances telles que l’alcool, l’héroïne ou le cannabis. Ce qui multiplie encore le risque d’accident.

 

La détection des drogues

Les forces de police et de gendarmerie pratiquent des dépistages systématiques sur tout conducteur impliqué :

  • Dans un homicide involontaire
  • Dans un accident corporel lorsqu’il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner que la personne impliquée conduisait après avoir fait usage de produits stupéfiants

 

Des dépistages peuvent également être effectués lors :

  • D’un accident quelconque de la circulation
  • D’infraction au code de la route punie d’une peine de suspension du permis de conduire
  • D’excès de vitesse
  • De non port de la ceinture de sécurité ou du casque

 

Il existe deux types de tests pour détecter la consommation de drogue : urinaire et salivaire. En cas de positivité du dépistage, un deuxième test est réalisé pour confirmer ou non la présence de produits stupéfiants. Si ce test était autrefois pratiqué par prélèvement sanguin, il peut désormais être réalisé au bord des routes par test salivaire. En cas d’impossibilité de réaliser un dépistage salivaire ou urinaire, un prélèvement de sang est effectué par un médecin.

drogueLa conduite (ou l’accompagnement d’un élève conducteur) sous l’influence de stupéfiants, quel qu’en soit le taux, est punie d’un retrait de 6 points du permis, et au maximum de 2 ans de prison et de 4 500€ d’amende.
Si le conducteur se trouve également en état alcoolique (0,5g/l dans le sang ou plus), les peines sont portées à 3 ans de prison et 9 000€ d’amende.
Des peines complémentaires peuvent être prononcées (suspension du permis, travail d’intérêt général, stage de sensibilisation…).
Ce que dit le Code de la route

 

Article publié le 31 mars 2016