Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Numéro d'adhérent
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Dans la rue, un enfant est particulièrement vulnérable : il perçoit mal les distances, la provenance des sons, les mouvements… Il a du mal à anticiper. Du fait de sa petite taille, il est souvent masqué par les véhicules garés. Redoublons de vigilance et aidons-le à éviter les dangers de la rue !

 

Ce qui rend l’enfant vulnérable dans la rue

Enfant sous la pluieVotre enfant ne perçoit pas la rue comme vous ! Jusqu’à environ 7 ans, un enfant :

  • est dissimulé à la vue des conducteurs à cause de sa petite taille. Son panorama visuel est aussi limité par les voitures stationnées, les piétons, le mobilier urbain, etc.
  • confond souvent voir et être vu. Autrement dit, s’il voit une voiture qui arrive, il est persuadé que son conducteur le voit aussi
  • n’est pas encore capable de prendre en compte ce qui se passe sur les côtés. Il ne regarde que ce qui se trouve en face de lui
  • a des difficultés à évaluer les distances. Il a même du mal à distinguer une voiture à l’arrêt d’un véhicule roulant à faible vitesse
  • identifie difficilement la provenance des bruits. Dans 40 % des cas, il se trompe entre un bruit venant d’en face ou de derrière et dans 80% entre un bruit venant de droite ou de gauche
  • est dominé par ses émotions (peur, angoisse ou joie), et ne prendra pas en compte la voiture qu’il voit pourtant arriver
  • ne tient compte que du réel. Il ne peut donc pas prévoir comment une situation va évoluer
  • ne peut se concentrer que sur une seule chose à la fois. S’il veut rattraper un ballon, il peut traverser sans penser aux voitures qui roulent
  • agit de manière impulsives et spontanée ; ses actions sont donc difficiles à prévoir.
À savoir
enfantDans plus d’1 cas sur 4, les accidents se déroulent en présence d’un adulte.

Lui apprendre les dangers de la rue

Votre enfant ne peut pas être « lâché » seul dans la rue tant que vous n’avez pas acquis la certitude qu’il en connaît et en comprend bien les dangers.

Votre rôle est donc essentiel : pas de surprotection, mais une pédagogie permanente, évolutive, selon sa maturité.

Profitez du chemin de l’école pour lui faire découvrir les dangers de la rue et, progressivement, lui expliquer et lui faire adopter des comportements sûrs. Un trajet serein se fait sans anxiété. Anticipez le départ à l’école pour éviter des situations de stress.

Donner la main pour traverser

Rendez votre enfant visible !

La nuit et au crépuscule, la visibilité est très réduite. Sur le chemin de l’école, l’enfant piéton (ou cycliste) est donc peu visible pour les conducteurs et les risques d’accidents augmentent. Des solutions existent pour accroître la visibilité.

Lire l’article

 

Les deux règles fondamentales

Dès 3 ans, mettez en place deux règles simples auxquelles vous ne devrez jamais déroger. Et expliquez-en bien les raisons.

  • Donner la main en toutes circonstances. L’enfant ne doit jamais jouer et courir seul devant ou derrière vous.
  • Marcher du côté des maisons, jamais au bord du trottoir, afin de rester éloigné des voitures.

La rue, le trottoir ne sont pas des terrains de jeu ! Même si pour l’enfant, tout est prétexte à jouer : marcher en équilibre sur les bordures de trottoirs, grimper sur divers objets, jouer au ballon. Expliquez-lui qu’il y a des endroits plus appropriés et plus sûrs pour s’amuser.

 

Des conseils complémentaires

  • Identifiez avec votre enfant les endroits qui peuvent présenter un danger (sorties de garages, travaux, livraison ou voiture mal garée…). Puis montrez-lui comment déjouer ces « pièges ».
  • Faites-lui observer l’environnement dans lequel il se déplace (les bruits, les signaux lumineux, les marquages au sol, etc.) et le comportement des autres (piétons, voitures, cyclistes, motards, etc.).
  • Au fil des mois, faites-lui découvrir les dangers saisonniers : nuit, pluie, neige…

 

La prévention routière pour les enfants
Lire l’article

Comment traverser une rue

Expliquez-lui qu’il est toujours plus sûr de traverser sur un passage pour piétons. S’il n’y en a pas, il doit choisir un endroit où il verra à la fois bien et loin des deux côtés, et où il ne sera pas caché par un objet ou véhicule.

Ne faites jamais signe à votre enfant, s’il se trouve de l’autre côté de la chaussée : il pourrait alors se précipiter sans prêter attention à la circulation.

 

Profitez d’une rue calme pour lui montrer comment traverser :

  • S’arrêter derrière la bordure du trottoir (on voit bien et on est bien visible)
  • Regarder d’abord à gauche (car c’est de là qu’arrivent d’abord les voitures), puis à droite, et de nouveau à gauche
  • Évaluer si les voitures sont assez « loin », si elles arrivent vite
  • Traverser en restant attentif, sans courir et sans jamais revenir en arrière

 

S’il y a des feux :

  • Attendre le petit bonhomme vert (c’est le seul moment où un piéton peut traverser)
  • Avant de s’engager, vérifier que tous les véhicules sont à l’arrêt au feu rouge.
noun_5462 (2)Vous êtes un modèle pour votre enfant ! Vos conseils de prudence ne servent à rien si votre comportement les contredit. Soyez exemplaires !
N'oubliez pas !
Article publié le 4 avril 2016