Nous utilisons les cookies pour faire fonctionner certaines parties de ce site. Si vous êtes d’accord, vous pouvez continuer. Si vous souhaitez en savoir plus, ou voyez ce message encore et encore, cliquez ici.

Espace donateur

Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

adresse mail
Mot de passe oublié
Espace donateur
Connectez vous à votre espace donateur. Ce service dédié et totalement sécurisé vous donne un accès privilégié à l’ensemble des informations concernant votre soutien à l’association Prévention Routière : historique de vos dons, dernier magazine de l’association, dépliants de conseils pratiques…

Je possède déjà un compte
Retrouvez les actions locales près de chez vous

Partout en France, notre réseau est implanté et mène des actions dans vos collectivités, entreprises et sur places publiques. Suivez l’actualité de votre comité.

Pour faire de la route des vacances un moment plaisant et détendu, lors du départ comme du retour, anticipez votre voyage ! Itinéraire, préparation du véhicule, enfants à bord… , retrouvez dans ce dossier tous nos conseils pratiques pour que votre trajet se déroule en toute sérénité et sécurité.

  1. Avant de partir
  2. Préparer son véhicule
  3. Le jour-J

Avant de partir

L’itinéraire des vacances

Préparer son trajet, c’est d’abord repérer son parcours à l’avance :

  • consulter un site d’itinéraires ou une carte routière ;
  • se familiariser avec son GPS et le régler avant de partir ;
  • tenir compte de la météo : il vaut parfois mieux différer son départ d’une demi-journée que rouler sous la pluie ou en pleine chaleur !

 

Le jour et l’heure de départ

Afin d’éviter les embouteillages, notamment lors des “chassés-croisés”, faites le choix dans la mesure du possible de partir un jour plus tôt et de morceler votre trajet. C’est l’occasion de réduire la fatigue du conducteur, de faire un peu de tourisme, et de rejoindre son lieu de vacances, reposé, dès le matin. Vous pouvez aussi prévoir d’emprunter les itinéraires bis : vous éviterez les péages et consommerez moins de carburant.

 

  • Sommeil
    Le visuel ci-dessus est extrait de la brochure “Comment réduire les risques au volant ?” – Associations Prévention Routière & Attitude Prévention – Réalisation L’Agence Verte

    Certaines heures sont propices à la somnolence : l’après-midi, entre 13h et 16h, et la nuit, entre 2h et 5h. Dans ces créneaux horaires, l’organisme humain est “programmé” pour dormir !

  • A bannir aussi : le départ précipité après une journée de travail. Une étude a montré qu’après 17 heures de veille active, les réflexes diminuent autant qu’avec 0,5 g d’alcool par litre de sang !
  • Dernière règle d’or : ne fixez pas une heure impérative d’arrivée. Le trajet fait déjà partie des vacances ! Et, pour la sécurité de tous, mieux vaut un conducteur détendu, qui n’est pas pressé par un horaire.

 

Préparer son véhicule

Le bon état du véhicule constitue un enjeu majeur de bon déroulement du voyage. Ne négligez surtout pas cette étape décisive de préparation de la voiture.

 

L’état du véhicule

A vérifier soi-même avant le départ

  • Certains niveaux de liquide : lave-glaces, huile, frein, refroidissement (indispensable en cas de fortes chaleurs).
  • La pression des pneus, car pneus sous-gonflés = danger ! Ajoutez 0,2 à 0,3 bar aux pressions préconisées si le véhicule est très chargé. Les pressions sont inscrites dans le carnet d’entretien, sur la tranche de la portière avant gauche ou la trappe à carburant de la voiture.
  • L’usure des pneus : la profondeur des sculptures d’un pneu ne doit pas être inférieure à 1,6 mm, sinon la tenue de route de la voiture est dangereusement perturbée et le risque d’aquaplaning augmente. Vous pouvez également faire vérifier l’état des pneus par un garagiste ou un professionnel du pneu.
  • L’éclairage, la signalisation et la visibilité : sales, vos feux et phares peuvent diminuer l’efficacité de l’éclairage de 30 % ! La veille du départ, nettoyez le pare-brise (extérieur et intérieur), toutes les autres surfaces vitrées (rétroviseurs et feux) et les balais d’essuie-glaces, à remplacer si nécessaire.
  • Les rétroviseurs doivent être propres et correctement réglés.

 

A faire vérifier par un garagiste

Une semaine avant le départ, prenez rendez-vous chez votre garagiste. Ce professionnel pourra faire un diagnostic des éléments de freinage (plaquettes, disques et liquide de freins), de la direction, des amortisseurs (responsables de la tenue de route et du confort de conduite) et une vérification de l’état de la batterie et de la climatisation. Il pourra aussi régler vos feux et contrôler l’état des pneus (sans oublier la roue de secours) et des essuie-glaces.

 

Charger son véhicule

Le chargement du véhicule est une étape décisive lors d’un départ en vacances. Inutile de bourrer le plus possible d’affaires de manières anarchique. Vous risquerez de créer des situations dangereuses. Alors voici quelques conseils pratiques.

Lire l’article

Le chargement du véhicule

  • Il est fortement conseillé d’effectuer le chargement la veille du départ afin que cette étape n’empiète pas sur une partie du sommeil.
  • Les bagages les plus lourds sont à placer dans le coffre le plus bas possible.
  • Tout objet doit être bien arrimé dans le coffre comme dans l’habitacle. Au moindre coup de frein trop brutal, un simple petit objet peut se transformer en dangereux projectile et blesser gravement un passager.

 

 

ampoulesOutre le traditionnel gilet jaune et le triangle de présignalisation, d’autres éléments sont indispensables à la conduite ou en cas de secours. Les découvrir…
Être paré à toutes les situations

Le jour-J

Après avoir bien préparé votre trajet et votre véhicule, c’est l’heure du grand départ. Pour arriver à bon port en toute sérénité, roulez dans les meilleures conditions.

Éveillé et en bon santé

Sur le conducteur repose une grande responsabilité lors d’un voyage. Dans l’idéal, il faudrait que plusieurs conducteurs se relaient au cours du trajet, afin de ne pas fatiguer trop longtemps les organismes.

Voir aussi

La fatigue est responsable de 1 accident mortel sur 3 sur autoroute. Plus d’informations dans notre dossier “La somnolence au volant”

 

Les devoirs du conducteur

  • Partir reposé ! Toute privation de sommeil, même minime (1 à 2 heures) augmente le risque de somnolence au volant.
  • Avant de partir et lors de la pause-déjeuner, mangez léger : fuyez les graisses ou les sucreries. Plus difficiles à digérer, elles ont tendance à favoriser la baisse de vigilance. Buvez régulièrement de l’eau. Et bien sûr, pas d’alcool !
  • Attention aux médicaments et allergies saisonnières ! Certains médicaments peuvent avoir des effets secondaires incompatibles avec la conduite. En cas de traitement médical, demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Si vous sentez le sommeil venir (troubles visuels, bâillements, raideur de la nuque, irritabilité, lenteur des réactions…), il n’y a aucune autre solution que de s’arrêter au calme pendant au moins 15 minutes.

noun_6393Arrêtez-vous toutes les 2 heures environ. Tout le monde descend de voiture et en profite pour se dégourdir les jambes, se défouler (pour les enfants), boire de l’eau. C’est aussi le moment de changer de conducteur si possible !
Les pauses : incontournables !

Aire de repos : attention aux enfants !

Les apparences sont parfois trompeuses : même si elles sont destinées à la pause, les aires de repos restent des aires de circulation et certaines voitures y roulent encore à plus de 50 km/h ! Pensez-y avant de faire sortir les enfants de la voiture.

  • Avant de descendre, informez les enfants des dangers liés à la circulation et des règles à respecter. Tant que l’on n’est pas dans la zone réservée aux jeux ou aux pique-niques, on ne court pas et on reste sous la protection d’un adulte.
  • Et si vous avez garé votre voiture au soleil, pensez à aérer le véhicule avant de repartir et veiller à ce que les plus petits ne se brûlent pas avec les boucles des ceintures.

 

L’enfant en voiture

Outre l’utilisation d’un dispositif de retenue adapté, il incombe aux parents de faire voyager leurs enfants dans les meilleures dispositions. Il en va du bien-être des concernés mais aussi du conducteur qui pourra réaliser un trajet serein.

Lire l’article

Confort et sécurité à bord

Malgré l’agitation qui règne parfois aux moments des départs en vacances, des règles simples doivent être respectées. En voiture, tout le monde boucle sa ceinture, à l’avant comme à l’arrière. Gardez tout au long du trajet un œil attentif sur les enfants et pensez à les occuper pour faire passer le trajet plus rapidement.

 

Le mal des transports

Il touche surtout les passagers, notamment les enfants. Nos conseils pour y échapper :

  • éviter les boissons gazeuses ou le lait chocolaté ;
  • éviter de lire durant le trajet ;
  • en cas de nausée, fixer son regard sur l’horizon ou sur un point stable à l’extérieur du véhicule en essayant de se changer les idées ;
  • aérer le véhicule, faire des arrêts fréquents durant le voyage et adopter une conduite douce, avec le moins d’accélérations ou de décélérations possibles.

 

En cas de fortes chaleurs

Pendant le trajet, s’il fait très chaud :

  • buvez beaucoup d’eau et rafraîchissez-vous souvent à l’aide d’un brumisateur ;
  • faites des pauses fréquentes, en particulier si vous voyagez avec des enfants et des personnes âgées ;
  • rafraîchissez l’air dans la voiture : réglez la climatisation de façon à ce que la différence entre les températures intérieure et extérieure soit modérée (4-5°C d’écart). Si vous n’avez pas la climatisation : avant d’embarquer, aérez quelques minutes la voiture en ouvrant les portières en grand. En roulant, utilisez le système de ventilation de la voiture. Si cela ne suffit pas, entrouvrez une vitre avant et une vitre arrière afin d’assurer une circulation d’air. Attention en revanche au bruit généré qui peut être fatigant pour le conducteur ;
  • à l’arrêt, pensez à installer un pare-soleil et, dans la mesure du possible, garez-vous à l’ombre.
chaleurVotre véhicule aussi souffre de la chaleur. Si le moteur chauffe, ralentissez et arrêtez-vous plus fréquemment, à l’ombre. Sachez que la couleur de la carrosserie influence la température à l’intérieur de l’habitacle : plus un véhicule est sombre, plus il retient la chaleur.
À savoir
Article publié le 4 juillet 2018